Les grands axes du chemin spirituel 1/4

Les grands axes du chemin spirituel   1/4

Les raisons qui poussent les individus sur le chemin spirituel sont très nombreuses. Certaines naissent d’aspirations profondes, certaines naissent de la souffrance, d’autres naissent d’une soif d’exotisme, de magie… Faire un article là-dessus pourrait être intéressant mais n’aurait que peu d’utilité pour nous mettre en marche. Aujourd’hui je me propose de baliser les cheminements proposés par les grandes traditions spirituelles, mais je mettrai l’accent sur la voie du Bouddha. Vous noterez qu’il n’est pas nécessaire d’être pratiquant bouddhiste pour tirer soi-même profit de ces conseils. Ce blog a pour objectif de partager ces pépites et non de convertir. Je suis personnellement convaincu que toutes les grandes traditions spirituelles traditionnelles authentiques sont parfaites.

Soutras et tantras

Dans la tradition du Bouddha, et plus spécifiquement dans la voie du mahayana, il y a deux façons d’aborder le chemin qui mène à l’état de bouddha :

– l’approche graduelle des soutras

– l’approche des tantras

L’approche graduelle des soutras

Le « véhicule causal » 

Selon la voie des sutras, nous avons en nous le potentiel de bouddha qu’il s’agit de faire murir. En pratiquant les six vertus transcendantes (générosité, conduite éthique, patience, persévérance enthousiaste, stabilité méditative et sagesse), nous récoltons les fruits successifs de ces pratiques qui nous permettent de nous rapprocher de l’état de bouddha puis de l’atteindre.

L’approche profonde des tantras

Le « véhicule du fruit » quant à lui considère d’emblée que le plein éveil demeure déjà en nous, parfait et non-souillé. L’état de bouddha est notre nature profonde qu’il s’agit de reconnaitre, de dévoiler. La voie spirituelle doit nous dévoiler cette nature profonde et nous permettre d’y demeurer pour purifier les voiles qui nous séparent régulièrement. La pratique ne va donc pas consister à faire murir un potentiel, mais à dissiper les voiles qui masquent le diamant déjà en nous pour que nous le contemplions. Les moyens pour dissiper ces voiles pourront prendre toutes formes.

« Aucun moyen n’est à exclure apriori pour pourfendre les voiles. »

Gangten Tulku rinpoché, un grand maître bhoutanais

Ces voiles sont :

– les émotions perturbatrices

– les conditionnements

– notre tempérament (en d’autres mots : notre karma)

l’ignorance fondamentale (la non-reconnaissance de notre nature de bouddha)

Les pratiques des soutras et des tantras peuvent peut être conjointes, c’est ce que propose le bouddhisme himalayen qui est la branche du bouddhisme qui met en œuvre la « palette d’outils » la plus large. Nous reviendrons ultérieurement sur les tantras. Abordons à présent nos 5 chemins.

Les 5 chemins spirituels

Selon l’approche graduelle du véhicule de la cause, le développement spirituel d’un individu comporte cinq étapes, cinq paliers:

–          le chemin de l’accumulation

–          le chemin de la jonction

–          le chemin de la vision

–          le chemin de la méditation

–          le chemin de la non-étude

Dans d’autres grandes traditions spirituelles nous pouvons retrouver ces étapes. Des publications interreligieuses viendront bientôt alimenter ce blog, en particulier des vidéos de rencontres auxquelles je participe régulièrement.

Le chemin préparatoire

Le chemin de l’accumulation est le début du chemin spirituel, mais avant lui il est une phase sans doute plus importante encore : c’est toute la période de notre vie, de nos vies, durant laquelle nous ne sommes pas engagés dans une démarche spirituelle. Cette période préliminaire recèle tout se qui va nous conduire à la spiritualité : souffrances, doutes, questionnement, rencontres… Bien qu’elle soit en dehors du chemin de la voie spirituelle décrite en 5 chemins, elle est peut être la plus importante ! En effet si durant cette période rien ne nous conduit à la spiritualité, nous ne dirigerons jamais vers l’éveil ! Les émotions perturbatrices, les obstacles, les ennuis, les doutes etc… tout cela est donc très précieux ! Ces causes peuvent être négatives (souffrance, doutes…), mais peuvent aussi être positives (amour d’autrui, altruisme, générosité…) Qu’elles soient « positives » ou « négatives », ces causes vont nous pousser vers la spiritualité. Sans elles nous serions comme des dieux qui pendant des millions d’années ne se tournent jamais vers la spiritualité, puis au moment de leur mort se trouveraient sous l’emprise de souffrances terribles. Dans le cadre de mon défi  « 6 livres pour méditer avec les bouddhas » , j’aborderai cela en détail dans le chapitre « préliminaires » qui aura but de développer notre conviction indispensable à un engagement ferme en la pratique.

Presque au terme de ce chemin préparatoire se produit une aspiration :

le cheminement spirituel peut m’être utile, je vais me renseigner…

J’aurais pu ne rien écrire sur cette première pré-étape du chemin puisque, arrivé sur mon blog, vous en êtes au moins là. Mais il est important de prendre conscience de l’utilité de cette première phase. C’est durant cette phase que nous pouvons être orientés vers la spiritualité, vers des « amis de bien » qui nous donneront des conseils, des liens internet etc… Et, si vous avez envie d’aider autrui à entrer dans les étapes suivantes du chemin spirituel, vous pouvez être un élément moteur dans son cheminement en l’interpelant, en lui ouvrant les yeux, en l’encourageant, en le réconfortant, en lui donnant de l’espoir, en l’écoutant… il ne s’agit pas d’avoir une attitude moralisante, exposant la vérité etc… non, il s’agit d’incarner la paix la vertu… ou tout du moins d’exprimer simplement votre goût pour les voies de sagesse.

Je suis très reconnaissant aujourd’hui envers mon ami Frédéric qui vit désormais à Montréal. Cet article est l’occasion de le remercier. En 1992, il m’a conduit au Temple des Mille Bouddha où j’ai découvert la magie du bouddhisme himalayen et rencontrer des êtres au cœur emplie de bonté. J’y suis allé un peu en touriste, sans attentes particulières, je n’étais pas spécialement en quête. Mais une fois sur place, j’ai été touché par des rencontres qui ont marqué mon entendement : j’ai eu du mal à soutenir des sourires et des visages emplis d’une bonté qui rayonnait ! Cette expérience a marqué mon entendement. Ces êtres incarnaient leur voie. A vingt et un ans, j’avais une idée poussiéreuse de la spiritualité. Pour moi, les personnes en quête spirituelle étaient des  farfelus, des déconnectés du monde,  de doux rêveurs… Mais les rencontres que je fis ce jours-là furent simples, fraîches, enracinées en notre monde… stupéfiantes ! Ce fut un choc ! Et pour tout dire, dans mon village o trouvait Frédéric un peu farfelu à avoir presque toujours un large sourire! 😉

Avec le prochain article nous aborderons le premier chemin :

Le chemin de la méditation

Mais auparavant dites-moi quels ont été les moments de votre vie, les personnes etc… qui vous ont permis de vous tourner vers le développement personnel, vers la spiritualité…

Vous pouvez utiliser les commentaires, ou la page de CONTACT si vous voulez partager cela avec moi tout en conservant une part de confidentialité.

Vos commentaires seront utiles tant aux lecteurs qu’aux articles ultérieurs.

Merci pour votre collaboration

Articles à venir :

2/4 : le chemin de l’accumulation

3/4 : le chemin de la jonction et le chemin de la vision

4/4 : le chemin de la méditation et le chemin de la non-étude

Dites-moi quels ont été les moments de votre vie, les personnes etc… qui vous ont permis de vous tourner vers le développement personnel, vers la spiritualité…

 

9 comments

  • DANIELLE SEGAS (3 années)

    Depuis toute petite j’étais attirée par l’ambiance des églises. Le silence, la paix , les chants, l’odeur de l’encens, les prières ,la Vierge tenant son enfant et dont je ressentais l’amour inconditionnel, tout cela me touchait profondément et m’attirait.
    J’ai longuement cherché une voie spirituelle qui corresponde à mes aspirations en passant par le développement personnel, de nombreuses lectures et différentes traditions spirituelles.
    Finalement c’est une énorme douleur qui m’a conduite vers le bouddhisme au moment où je ressentais le besoin d’une pratique spirituelle régulière.
    J’habitais à l’île de la Réunion et j’avais une amie qui fréquentait une association recevant régulièrement des lamas du Centre Dhagpo Kagyu Ling en Dordogne. J’ai pris Refuge en 2003. J’ai beaucoup de gratitude pour cette amie, pour tous les lamas et Maîtres dont j’ai suivi les enseignements et reçu les bénédictions, mais c’est envers ma fille, à l’origine de ma très grande douleur que j’ai la plus grande gratitude. En effet, sur la base des enseignements, j’ai pu développer vis à visd’elle une grande compassion et un amour inconditionnel : « quoique tu fasses, quoique tu dises, quelqu’ aspect tu peux avoir, je t’aime ». Merci aux enseignements, et merci à elle de me permettre de les mettre en pratique!

  • AxeQuiADesAiles (3 années)

    Et vers la fin du mois de septembre avec ma voisine, nous avions décidé de parler aux esprits, pour cela nous avions écris dans du sable : Manifestez-vous. Après je lui au dit de regarder autour de nous car ils peuvent se manifester comme ça, elle a vu sur une vitre d’un garage d’une maison en contrebas 6 esprits apparaître un par un, des fois plusieurs ensemble, moi j’ai vu à ce moment là 1 ou 2 ombres blanches derrière la vitre, puis nous avions regarder s’ils nous avaient répondu, ils/il ont/a ecrit : Oui. Elle lui avait posé d’autres questions

  • AxeQuiADesAiles (3 années)

    Parce-que je lui ai demandé de poser les questions sur moi que je lui dirait à Satan et à Baal, ils ont répondu juste, elle a voulu rendre un infirmier insomniaque il l’a été, dans sa chambre des traces de griffures blanche sont apparues sur les posters qu’elle avait imprimé dans le service, on avait demandé à Baal de soulever les posters, ils se sont soulever, un moment (toujours dans sa chambre) j’ai regardé ma main et j’y ai vu une griffure, Baal etant enerve a fait une longue griffure sur le bord de sa porte (chai plus comment dire) en étant allez se réfugier dans ma chambre qui était pratique parce-que elle était au bout du service car Baal était encore énervé et voulait faire exploser la télé de la salle commune et les esprits voulait jouer avec l’interrupteur (je ne sais pas pourquoi et ce n’etait pas forcement pour mettre le noir) ce qui était le cas, dans ma chambre elle c’était assise sur ma chaise de bureau et voulait déplacer un stylo grace à son mental et j’avais vu ma veste plié à droite dans mon placard se déplié et allez sur le côté gauche après nous sommes sortis voir si Baal avait fait ce qu’il a dit, c’est-à-dire faire exploser la télé de la salle commune et il ne l’avait pas fait.

  • AxeQuiADesAiles (3 années)

    J’ai oublié de vous dire j’ai 16 ans, au debut du mois de septembre 2013 mes parents m’ont mis à l’hôpital psychiatrique du Puy-en-Velay pour dépression je suis tombe dans le service pour adolescent l’envole , pendant deux semaines je ne suis pas alle en cours et apres j’y suis alle par le biais d’un car, j’y suis resté jusqu’à la fin du mois de mai, pendant le mois de mai en revenant d’une de mes permissions (sortie de l’hôpital) une nouvelle fille est venue vers moi et m’a demandé si je croyais aux esprits, je lui ai dit non et elle m’a dit qu’avec elle j’allais y croire, elle leur parlait avec la ouiija, elle parlaitvpar ce biais à son petit ami qui était vmort dans un accident de voiture à Montpellier un an plus tôt environ qui c’est révélé par la suite être le fils de Satan, à son bébé qu’est mort à la naissance, au grand-père de sa meilleure amie, à Satan lui-même, quelquefois à d’autres personnes et au personnage du film The Grudge Tochio, à la fin j’y ai cru.

  • AxeQuiADesAiles (3 années)

    Moi ce qui m’a conduit dans le spiritisme c’est la souffrance d’être différente et tout simplement l’intérêt que j’y portait.

  • marianna (3 années)

    Bonjour, j’ai pris le chemin à 48 ans quand j’ai voulu comprendre pourquoi ? je me trompais toujours en amour. trois ans de thérapie, 6 mois de séances avec une énergéticienne, j’ai fais du yoga, je pratique la méditation. La solitude aide aussi à un retour sur soi. J’ai beaucoup lu de livre sur le développement. Je sais aussi que le chemin se terminera à l’heure de ma mort. Je suis davantage heureuse depuis que je parcours ce chemin. Par contre je me demande aujourd’hui si je serais capable de rester moi même avec un compagnon ? C’est là que je verrai aussi le résultat de mon chemin mais aujourd’hui je connais mieux les codes.

  • SYLVIE (5 années)

    Ce sont mes parents qui m’ont transmis ce goût pour la spiritualité. Depuis le catéchisme mon chemin de vie m’a permis d’approfondir ma soif de comprendre la vie avec mes erreurs, mes douleurs mais aussi avec de belles rencontres.
    Je dois aussi beaucoup à mon métier artistique qui m’a permis de faire ces rencontres, de vivre au jour le jour, pour développer ma confiance en la vie puisque pour les intermittents du spectacle il n’y a pas de sécurité d’emploi. Impossible également de faire des projets puisqu’on peut m’appeler du jour au lendemain pour du travail.
    Aujourd’hui je je remercie sans cesse pour tous les petits et grands bonheurs quotidiens que j’essaie, je dis bien j’essais de partager.
    Je suis consciente du chemin parcouru et de celui qui me reste à faire.
    Merci pour votre blog qui est précieux.

    • Arnaud Guétcheu (5 années)

      Merci Sylvie pour votre commentaire posté il y a maintenant 158 jours ! Pourriez-vous me dire les types d’articles que vous préférez sur le blog et ceux que vous aimeriez voir publier …
      Bien à vous.

  • […] LIRE L’ARTICLE […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre anti-spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.


Go to Top