lien-emotion-alimentation

Vous êtes-vous déjà demandé si vos émotions n’avaient pas pour cause votre alimentation ? Attention !! Cet article peut créer un électrochoc !!

Parmi les personnes que j’accompagne sur le chemin de la méditation, je dois reconnaitre qu’un nombre non négligeable sont en incapacité de suivre un programme et des pratiques régulières pour la simple et bonne raison qu’elles sont trop fatiguées, malades, sous l’emprise de trop fortes émotions, découragées… Si les excellents outils proposés par les voies spirituelles et les métiers du développement personnels modernes (et efficaces) sont très nombreux, force est de constater que le corps et les maladies qu’il manifeste sont de sérieux obstacles que nous devrions considérer avec attention !

C’est pourquoi je m’intéresse depuis un certain temps à la santé physique comme alliée majeure de notre cheminement spirituel.

remedes-mortels

Face à tant de scandales liés au monde pharmaceutique, face aux nombre grandissant et vertigineux des maladies dégénératives, face au trou de la sécu (qui ne fait qu’engraisser les lobbies)… des voies s’opposent et militent pour des changements de paradigme :

Il est temps de passer d’un modèle tourné vers le soin (donc la commercialisation des médicaments) à un modèle de réelle prévention qui ne se limite pas à quelques affichettes dans les cabinets médicaux financées par ceux qui par ailleurs font fortune via les ventes de médicaments.

Les campagnes publicitaires font outrageusement des louanges à la malbouffe et les parents ne mesurent pas les conséquences de leurs actes. Le plus grosse chaine de fast-food va jusqu’à inculquer aux enfants qu’aller chez eux c’est santé puisqu’un espace Gym Club leur est réservé ! Cette chaîne est même partenaire officiel des J.O. !! LEs enfants prennent plaisir à collectionner les objets publicitaires de cette marque qui leur injecte ainsi le message : « Vous consommez d’excellents produits » !

Carences nutritionnelles et émotions

Bref, aujourd’hui je vous présente le tableau des carences nutritionnelles et leur impact sur votre psychisme et donc vos émotions. La méditation ne suffit pas pour prévenir ou dissiper les émotions ! Vous allez comprendre combien les signes qui nous conduisent chez le médecin apparaissent bien tardivement dans le processus de la maladie.

carencesMyron Brin (Docteur) a publié en 1964 une analyse décrivant la progression de la carence vitaminique en cinq stade (tableau ci-dessus). Choisissant le modèle de la vitamine B1 (thiamine) dans les globules rouges, Brin montre que le premier stade de la carence en vitamine B1 est la réduction de l’excrétion urinaire de la vitamine. Au deuxième stade (biochimique), l’activité d’une enzyme clé, la transcétolase, est réduite significativement. Au troisième stade (physiologique), commencent à apparaître des symptômes diffus tels la réduction de l’appétit, de l’insomnie, de l’irritabilité et un malaise général. Ce n’est qu’au quatrième stade (clinique) qu’apparaissent les symptômes classiques de la carence  en vitamine B1, le bélibéri. Ces symptômes comprennent la claudication intermittente (douleurs dans les jambes à l’exercice), la polynévrite (inflammation des nerfs), la bradycardie (rythme cardiaque anormalement lent), l’oedème périphérique (enflure des jambes) et l’opthalmoplégie (paralysie des muscles oculaires). Dans le cinquième et dernier stade (anatomique), apparaissent les dommages aux structures cellulaires, tels l’hypertrophie cardiaque (enflure du muscle cardiaque), l’arythmie (battements irréguliers) et la dégénérescence de structures dans le système nerveux central.

Quoique ce schéma en cinq étapes ait été établi pour la carence en vitamine B1, Brin mentionne que son schéma s’applique à toutes les carences nutritionnelles.

Il n’est pas nécessaire de faire de longs développements pour comprendre que nos humeurs, nos émotions et notre fatigue peuvent avoir pour source notre alimentation.

lien-emotion-alimentation

Quant à la valeur nutritionnelle des aliments

Ces jolis légumes ci-dessus ont-ils une bonne valeur nutritionnelle ? La culture intensive qui appauvrit les sols en nutriments, les temps de transport et de stockage entre la cueillette et l’assiette, les modes de préservation et de transformation, et sans oublier parfois le terrible micro-onde qui finit de dénaturer les aliments, sont autant de facteurs qui rendent nos aliments de plus en plus pauvres, même si nous avons l’impression de manger sain ! Rien d’étonnant donc que les carences se déploient dans l’ombre avec une incidence importante sur notre physique et notre psychisme.

S’il est difficile de se nourrir de façon optimale, il nous est donné de faire des choix pour éviter les aliments pauvres et « enrichis » en ingrédients toxiques. C’est le moins que l’on puisse faire. Je n’irai pas plus loin dans cet article à ce sujet, mais je vous invite à vous inscrire à la newsletter du futur blog Evolution Santé Globale que je prépare. Des amis naturopathes, professionnels de la santé, coachs, amis spirituels… viendront partager leurs clés au service de votre Santé Globale.

wake-upAGmots800web