La peur prend place là où il y a du vide, un manque de projection ou d’assise intérieure solide.

« Chaque fin d’inspiration et d’expiration t’offre la vue de ce que tu es. Suspends ton vol et déploies tes ailes. »

Comme l’ego n’est qu’une construction de l’édifice psychique parmi d’autres, il est soumis à la loi de l’impermanence et « condamné » à devoir prouver son existence à chaque instant. Lorsqu’une situation forte se présente, nous subjugue, nous surprend… elle nous « absorbe » un micro-instant au point que mister ego disparait. Mais il réapparait quasi immédiatement sous la force de nos conditionnements. C’est alors qu’il déploie ses nombreux jeux en faisant émerger les peurs, angoisses, rires, tremblements… et autres signes variés.

Vous pouvez suive toute cette séance en audio.

Tous ces mécanismes ne sont possibles que si le rapport à vous-même est centré, c’est-à-dire polarisé autour du soi. Ce mode dualiste est humain mais pas le seul possible car il se produit dans un seconde temps. Lorsque l’esprit est au repos, c’est-à-dire sans mouvement cognitif subtil ou grossier, il n’y a pas d’entité (moi, je, centre) qui soit le centre de l’expérience. Ce mode d’être, antérieur à l’émergence de la perception d’un soi, est un état primordial toujours accessible et plein de lucidité. N’oublions pas que la saisie d’un soi-je est un mouvement cognitif généré par des modèles internes « dans un second temps ». Votre mode d’être primordial est a-centré.

Chaque jour, la perception d’un soi-je se manifeste et se résorbe des dizaines de milliers de fois chez une personne non-familière avec les méditations de vision profonde. Le soi-je s’élève sous la force des émotions, des conditionnements du karma-tempérament et de la non-reconnaissance de notre nature profonde au-delà de ce soi-je.

Si la psychologie propose de nombreux discours pour expliquer le fonctionnement de notre psyché, le Bouddha quant à lui propose des voies généralement plus directes qui traitent peu avec le contenu des pensées mais avec leur essence (dynamisme) et leur nature (apparences sans réalité substantielle. La voie du Bouddha cherche à voir CE que sont les pensées, les émotions, les apparitions sensorielles, plutôt qu’à partir dans des considérations psychologiques.

Mais nous n’irons pas en cette direction aujourd’hui. Voyons plutôt quelques pistes pour dépasser certaines peurs. Vous l’aurez compris, le point délicat est la perception d’un soi-je cristallisé, perçu comme existent en-soi, indépendant et un.

Je vous disais :

« La peur prend place là où il y a du vide, un manque de projection et d’assise intérieure solide. »

Voyons brièvement chacun de ces trois points et évoquons des solutions pratiques inspirées des approches yogiques. Nous allons méditer ensemble.

La peur prend place là où il y a du vide

Si face à une situation, vous vous sentez faible, vide, fragile, pas à la hauteur… les mécanismes de peur vont émerger et vous serez comme une feuille emportée par le vent, sans contrôle ou pas autant que vous le souhaiteriez. De nombreuses approches sont possibles, je vous propose d’utiliser précisément le malaise que la situation génère en vous, et vous allez en faire le carburant pour vous pacifier. Cette approche ne convient pas à tout le monde, mais vous pouvez vous y essayer.

L’enregistrement audio de cette page vous permet de méditer cela avec moi. Voir ci-dessus

Au cœur de la peur, prenez contact avec vos sensations, voyez où elles sont, quelle est leur intensitéet laissez-les parcourir votre corps.

Votre corps a intelligence prodigieuse, ces sensations sont des signaux qu’il vous envoie. Il ne les communique pas à votre conscience sensorielle tactile sans but. Dans votre corps, tout a une fonction, et surtout les sensations. En vous mettant à l’écoute de vos sensations et en laissant le corps s’auto-réguler, vous lui donnez le contrôle, vous lui donnez la main. Parce qu’il n’est pas fait pour supporter le stress trop longtemps, votre corps va s’organiser pour rétablir l’équilibre. C’est la notion d’homéostasie.

Donc restez bien présent.e à vos sensations et faites confiance au pilote automatique qu’est votre corps. Respirez tranquillement, il s’occupe de tout ! Respirez tranquillement et laissez-le vraiment faire. Prenez le temps nécessaire mais adoptez cette attitude résolue de confiance en votre corps. Et observez comment il va peu à peu vous ramener au calme et sur la rive ferme de la paix.

Dans certaines situations et chez certaines personnes, cette simple approche est suffisante. Mais la difficulté est d’avoir la douce audace de lâcher-prise et de laisser le corps gérer pour vous. Lui faire confiance, c’est vous faire confiance. Vous êtes une extraordinaire machine et un grand cœur vaillant. Nul doute !!!

Si cela ne suffit pas : respirez, lâchez-prise et demander de l’aide à… qui vous voulez : vos anges, vos guides, vos protecteurs,  votre saint patron, votre gourou, Dieu… C’est un puissant moyen de générer de la confiance pour vous relaxer dans le lâcher-prise.

En abordant la peurs tel qu’on vient de le faire, vous autorisez le vide à être chaotique et votre corps à réguler la situation. C’est agir telle la mère du petit chameau : il gambada partout, mais sa mère sait qu’il va revenir bien qu’il ne soit pas attaché par un lien.

D’autres approches permettent d’utiliser ce sentiment de vide face à la peur.

 

La peur prend place là où il y a un manque de projection

Quand la peur vous fait perdre vos moyens, vous êtes comme une feuille morte ballottée par les vents car vous n’avez pas le contrôle. En revanche si votre vitalité garde le dessus, peu de choses peuvent vous déstabiliser. Hélas vitalité (vigueur) rime souvent avec saisie d’un soi-ego, d’un centre. Mais c’est précisément lui qui est la source et la victime de la peur.

C’est pourquoi, au coeur de la peur, il peut donc être utile de développer un regard panoramique de la situation, d’embrasser votre environnement du regard comme si vous étiez le gouverneur des lieux. C’est développer une forte présence ouverte sans forcément être trop polarisée. Puis une fois cette attitude développée avec vigueur, inspirez et expirez profondément plusieurs fois. Vous accueillez la situation. Vous êtes à la hauteur, car vous avez toutes les compétences nécessaires. Vous êtes une belle fleur pleine de potentiels et le monde vous attend.

Nul doute, la peur vient de réveiller un puissant regain de vitalité ! Il vous suffit maintenant de la réinvestir dans ce que vous avez à dire, à faire.

Par anticipation, vous pouvez pratiquer ceci avant que la peur ne se manifeste. Vous pouvez décider de la façon avec laquelle vous allez « habiter votre personnage » durant ce moment précis susceptibles de générer de la peur. Ceci se prépare de la même façon.

Une question se pose : si vous êtes régulièrement déstabilisé.e, de quelle façon pourriez-vous habiter votre personnage pour être « le monarque universel » au cœur de la situation ?

Quel type de monarque universel seriez-vous ? Il vous est donné de prendre le contrôle sur vous-même selon l’archétype de votre choix tout en cultivant une grande ouverture à la situation et aux autres avec éthique et bienveillance.

Le thème du monarque universel est très vaste et profond dans la voie himalayenne. Nous en avons évoqué ici un seul aspect.

La peur prend place là où il y a manque d’assise intérieure solide

La peur est aussi révélatrice d’une intériorité fragile, sensible, vive, à fleur de peau… Ces qualités sont précisément celles qui sont la solution à la peur. Elles vous seront utiles pour vous relier à votre bonté fondamentale, ce cœur tendre et crispé qui appelle au calme. Quelque soit l’ampleur de votre chaos, c’est votre coeur qui vous ramène à la vigilance : vous trouver en difficulté est le signe que vous êtes présent.e à ce qui vous traverse. Cette présence elle-même vous ramène à votre cœur tendre qui n’est que bonté fondamentale. Elle est toujours accessible et un fidèle refuge. Détendez-vous en votre bonté fondamentale, elle vous regarde avec un doux sourire. Ne la quittez pas du regard. Respirez vous êtes sauvé.e !

Pour aller plus loin sur la nature des pensées et des apparitions sensorielles voici une méditation qui devrait vous plaire :