Pensez-vous que le cheminement des plus grands sages ait été facile ? Pensez-vous que les grands maîtres tibétains  réalisés actuels et passés ont cheminé sur du velours ?

A maintes reprises ils ont TOUS dû affronter divers types d’obstacles extérieurs, intérieurs et secrets. TOUS !

Et une fois réalisés, leur activité pour le bien d’autrui a aussi été ponctuée d’obstacles très nombreux. Il en est ainsi également des maîtres contemporains, leurs témoignages ne manquent pas. Les tulkus (jeunes reconnus comme la réincarnation des maîtres défunts) suivent un cheminement qui nécessite un réele engagement qui relève rarement de la facilité.

Les maîtres rencontres de nombreux obstacles mais les fruits de leur pratique leur permet d’intégrer ces obstacles sur la voie pour en faire de puissantes sources de bénédictions. Les obstacles développent leurs habiletés et accroissent leur capacité à auto-libérer les émotions qui pourraient encore s’élever en eux. C’est toute la beauté et la puissance des pratiques tantriques qui transforment les énergies négatives en carburant positif sur la voie spirituelle. Et c’est ainsi que les maîtres gravissent les terres d’éveil de plus en plus subtiles.

Quelque soit votre niveau de pratique, la persévérance est une clé à ne jamais mettre de côté. Celle-ci peut prendre plusieurs formes, mais elle est la clé de votre l’élévation toujours plus subtile.

Pour ma part durant mes 5 longues années de stricte retraite méditative (2000-2001 et 2003-2007) dont la traditionnelle retraite de 3 ans et 3 mois, ce fut 100 000 prosternations ! Puis 100 000 long mantras de Dorjé Sempa! Puis 100 000 accumulations de mandala ! Et le tout réalisé à deux reprises ! Mais ceci nous a mobilisé uniquement pendant 4 mois durant chacune de ces retraites. La suite du programme a aussi été d’une grande intensité. Le mot intensité ne rimant pas avec effort.

Sans oublier 100 000 de chacune de ces pratiques réalisées avant ces 5 années de retraite !!!

Oui, j’ai en effet parachevé trois fois les pratiques préliminaires extraordinaires. Deux fois celles de l’école Kagyu et une fois celle de l’école Shangpa.

Il en a fallu de la persévérance. Oui, je n’ai pas toujours eu des journées parfaites pendant ces années de retraite. Oui, j’ai dormi quelque fois au lieu de me lever à 3H30. Mais au final : les fruits démontrent que tout cela a constitué le plus gros et plus bel investissement dans ma vie. Maintenant, c’est le temps de goûter les fruits et de partager.

Merci à tous ceux qui me soutiennent !

Cher ami, chère amie : oublie les idées reçues et conditionnements qui te laissent croire que l’éveil est pour les autres ou pour la prochaine vie.

Offre-toi de pratiquer avec douceur mais persévérance.

Le chemin ne sera pas linéaire, ni démuni de doute. Il sera long, parfois difficile mais immanquablement exceptionnel quand les fruits subtiles se manifesteront.

A ce moment-là tu sauras que tu t’es offert le plus beau des cadeaux : cheminer pour reconnaitre et actualiser ta nature profonde, ta nature de bouddha.

Pareil au dévoilement progressif de la pleine Lune, cette reconnaissance se manifestera tout d’abord « à petite échelle » puis prendra de l’ampleur tout en renforçant sa stabilité.

La notion d’éveil et de nature de bouddha n’est ni poétique ni utopique : elle t’est offerte « par dame nature », c’est déjà ton ADN spirituelle. Tous les sages le disent, te le disent : la nature de bouddha est en chacun de nous.

Oui, bien des septiques entretiennent le doute et déposent des obstacles sur le chemin spirituels des autres. Ils y trouvent un certain intérêt, mais ils desservent leur propre potentiel éveillé et celui de la société, du monde, de l’humanité.

L’ensemble des grandes traditions spirituelles authentiques proposent des voies qui nécessitent du temps, de l’énergie et de la confiance en les guides. Si ton karma-tempérament est quelque peu souple, tu mettras peut-être peu de temps pour toucher les monts enneigés des réalisations des yogis que Milarépa, Marpa, Gompopa, Naropa, Tilopa, Karmapa, le Dalaï Lama…

Quoi qu’il en soit, je te souhaite la BIENVENUE ! Je te souhaite surtout beaucoup de persévérance.

Si tu as besoin d’un soutien à un moment, d’un mot, d’une parole, d’une pratique méditative : fais-moi signe.

En d’autres mots

Ce qui suit est peut-être le plus gros cadeaux que tu trouveras sur ce site :

Oublie l’envie de cheminer en 21 jours ou en quelques semaines. Si le naturel revient au galop c’est que l’esprit est complexe et rebelle. Offre-toi le meilleur : de l’engagement et du temps pour aller très haut ! Très très haut !

Cet article est né d’un superbe témoignage de mon ami Martin Latullipe, un coach au grand coeur et à la recherche des leviers d’excellence qu’ils offre aux autres. Il est rare de trouver une personne aussi humaine et « multi-compétente » ! Merci Martin, tu m’as donné le petit coup de pied au fesses pour partager mon expérience à mes chers abonnés 😉

 

Que cet article soit un hommage à mes maîtres passés, présents et futurs.

Partageons

Merci de nous partager vos doutes, vos « coups de mou » dans la pratique, vos envolées, vos reculades… Ainsi va la vie du pèlerin. Quelle merveille que celui qui ne s’arrête pas, ou alors juste pour contempler l’Ineffable… qui pénètre toute chose.