Un dessin sympa pour introduire brièvement une réalité :

Samsara et Nirvana cohabitent !

Le nirvana, voire l’éveil des premières terres, ainsi que la connaissance de ce qui dépasse nos conditionnements… ne chassent pas immédiatement tout ce qui est samsarique en l’esprit. Réaliser notre nature de bouddha, c’est comme éteindre le feu… ensuite l’odeur du feu et des cendres perdurent… Un long travail de purification doit se poursuivre encore et encore. C’est hélas un point bien trop vite oublié par tous les illuminés qui annoncent avoir réalisé le plein éveil…

L’expérimentation de notre nature de bouddha (lors d’une effective introduction à la nature de l’esprit) est en effet parfaite. Y demeurer est une autre affaire ! Donc, aucun orgeuil à avoir de son expérimentation : nos voiles et défauts ne sont pas loin et reviendront vite ! De plus cette nature de bouddha nous est donnée par la nature de l’esprit elle-même.

Si le travail au long terme ayant pour fruit la dissipation des voiles qui masquent sa contemplation est une affaire personnelle, le soleil de la nature de l’esprit quant à lui qui brille derrière ces voiles nous est donné, il ne dépend pas de notre petite personne.

Pour en revenir au dessin:

Les deux personnages se connaissent très bien et cohabitent. Mais la mission de l’un est vouée à l’échec ! et cessera…