Aujourd’hui, je vais, une nouvelle fois, aborder le thème du son mais son un angle pour le moins inattendu :

le silence radical !

Cet article  devrait vous laisser perplexe dans un premier temps puis songeur, puis sans voix… voire émerveillé!

ATTENTION: cet article peut produire un renversement sensoriel, une véritable révolution intérieure!
Il a pour source l’une de mes expériences les plus profondes lors de ma retraite de 4 ans!

Un cadeau vous attend en fin d’article…

On y va ?

Depuis toute origine le monde est absolument silencieux ! Et il sera à tout jamais silencieux !

Je vous invite à méditer cette phrase quelques minutes.

 …

Depuis toute origine le monde est absolument silencieux!

Oui vous avez bien lu, depuis toute origine le monde est absolument silencieux ! Seul votre esprit est bruyant !

Avec cette déclaration, je vous invite à une « révolution intérieure », à un changement d’angle radical. Nous allons passer d’une perception ordinaire du monde à une perception « toute spirituelle ». Voyons cela, voyons pourquoi cette déclaration est vraie !

La démonstration ne sera ni philosophique, ni métaphysique, ni mystique… elle sera pragmatique, logique, scientifique. Nous serons mis face à l’évidence, face à la vérité : le monde est silencieux.

La pomme  de Guétcheu

Prenons un exemple, et partons du début : la pomme de Guétcheu !

Newton me jalouserait sans doute, mais bon, avec sa pomme, il a fait une belle découverte qui a porté ses fruits. Revenons à la pomme de Guétcheu.

Quel processus !

Une pomme tombe d’un arbre.

En tombant au sol elle impacte le sol qui vibre.

Cette vibration fait vibrer l’air.

Cette vibration rencontre l’oreille de Guétcheu faisant la sieste sous le pommier.

La vibration aérienne de l’air fait vibrer ses tympans (vibrations aériennes).

Ses tympans font vibrer de petits os, les osselets (vibrations solidiennes).

Puis les osselets font vibrer un liquide dans l’oreille interne (vibrations aquatiques).

Ces vibrations liquides mettent en mouvement des cellules dotées de cils.

Ces cils transforment les vibrations aquatiques en signal électrique.

Ce signal électrique part dans le nerf auditif.

Ce signal arrive ensuite à son cerveau.

Le cerveau « traite » ce signal.

ET AU FINAL :

le son est généré dans la conscience auditive de Guétcheu.

Il se réveille.

Il en veut au pommier et au vent (qui fait tomber les pommes) de ne pas le laisser dormir.

Et pourtant seul son esprit a été bruyant !

Tout le long de ce long processus il n’y a aucun bruit, le son n’apparait qu’à la dernière étape !

Je vous invite à méditer ce processus.

 …

C’est fait ?

Des faits au spirituel

Pourquoi vous parler de ce processus ? Le titre de l’article et mon introduction vous ont mis sur la voie. Le son n’apparait qu’à la dernière étape de ce long processus où différents types de signaux se succèdent (aérien, solidien, aquatique, électrique puis le son lui-même qui est tout spirituel). Ainsi le son est le produit de ce long processus.

La succession de ces signaux contribue à la génération du son en notre esprit mais le son lui-même n’est pas de la nature de ces signaux que l’on entend :

le son lui-même n’est pas de même nature que l’impact de la pomme au sol ;

le son lui-même n’est pas de même nature que la vibration aérienne de l’air ;

le son lui-même n’est pas de même nature que la vibration solidienne du tympan et des osselets ;

le son lui-même n’est pas de même nature que la vibration aquatique de l’oreille interne ;

le son lui-même n’est pas de même nature que le signal électrique émis par les cils;

le son lui-même n’est pas de même nature que le signal électrique parcourant le nerf optique.

Système auditif, un processus complexe.

 www.futura-sciences.com

Pour plus d’infos sur le système auditif : système auditif

Le son est-il de même nature que le traitement du signal par le cerveau ?

Prenez un peu de temps pour méditer tout cela, puis notez votre réponse dans votre commentaire en fin d’article.

C’est fait ?

Continuons.

Bien qu’il y ait interdépendance entre le signal arrivant au cerveau, le traitement du cerveau et le son perçu,

le son lui-même est purement « spirituel », il est comme un écho, une illusion magique…

Bien que le son se manifeste, le son ne peut être attrapé.

Bien que le son se manifeste, le son ne peut être localisé.

Bien que le son se manifeste, le son n’a pas de forme.

Bien que le son se manifeste, le son n’a pas de taille.

Bien que le son se manifeste, le son n’a pas de couleur…

Méditez cela quelques minutes.

C’est fait ?

Bien qu’il se manifeste, le son il n’existe pas.

Bien qu’il n’existe pas, le son se manifeste.

Le son est au-delà de l’existence et de la non-existence.

Il est l’union de l’apparence (sonore) et du vide.

Méditez cela.

Cette union de l’apparence (sonore) et du vide est appelé vacuité.

La vacuité n’est pas le néant.

Bien que le son n’existe pas, il se manifeste.

Il est l’union de la « forme » (apparence sonore) et du vide.

Ceci constitue « l’introduction à la nature du son ». toutes ces affirmation ou négation sont de profonds enseignements du Mahamuoudra, une « lignée » contemplative du bouddhisme himalayen.

Je vous invite à méditer de la même façon avec l’ensemble des autres sens (odorat, sensations tactiles, goûts, pensées et images).

Vos commentaires m’intéressent… Nous touchons là des réflexions essentielles, profondes… qu’il n’est pas toujours confortable d’aborder: nos certitudes et notre égo se chargent bien de maintenir cohérentes nos représentations et certitudes illusoires… Ces réflexions viennent un peu les chatouiller, elles viennent déplacer les limites de notre entendement.

Mais revenons à la pomme de Guétcheu :

Je disais donc en début d’article que le monde est silencieux. Vous voyez où je veux en venir désormais ? Oui ?… Non ?… Avant que cette succession de signaux et leur traitement final n’aient eut lieu, aucun son ne se manifeste, aucun son n’existe, c’est le Grand silence ! Puis, à la fin du traitement le son jaillit, comme par magie. Le son est le « non-produit » du traitement du signal électrique produit par les cils et transmis par le nerf auditif.  Le son est donc un pur produit de l’esprit !

Le son n’est donc pas du monde mais un « non-produit » de notre esprit !

Tous les sons naissent en interdépendance des vibrations de l’air, des vibrations mécaniques des osselets etc… mais les sons sont le produit de l’esprit.

Il n’y a donc aucun son dans le monde. Seul notre esprit génère des sons. Affirmer cela ne remet pas en cause toute la beauté sonore du monde, les symphonies, les milliers de sons que nous percevons chaque jour. Non, ce raisonnement ne nie pas les sons, il nous éclaire sur leur nature: les sons sont notre esprit!

 Le monde est donc radicalement silencieux.

 Seul notre esprit est bruyant.

Nous vivons tous dans nos propres sphères sonores respectives.

Ces sphères respectives « s’interpénètrent », mais nous sommes « condamnés » à n’expérimenter que NOTRE PROPRE SPHERE auditive. Les sons sont nos propres créations personnelles, ils sont les produits de ce roi qui fait tout: notre esprit. Personne ne pourra entendre VOS sons, et vous ne pourrez jamais entendre mes sons, vous ne pourrez jamais entendre les sons des autres. Il en a toujours été ainsi , et il en sera ainsi à tout jamais.

Le tumulte : source de bénédiction pour les yogis

Comprendre tout cela et le réaliser font deux. Celui qui réalise cela développe peu à peu la capacité à se connecter à cet espace intérieur vierge, silencieux au cœur même du tumulte citadin. Et placé en ce « centre », le contemplatif ne demeure pas moins lucide de tous les sons qui « l’entourent », ces sons deviennent même plus chatoyant, clairs et beaux. Chaque son est alors vécu comme un ornement de l’esprit, la danse de l’esprit. Aucun son n’a alors le pouvoir de déranger l’individu : chaque son permet de renforcer la contemplation de la nature des sons, Oh quelle merveille !

A ce stade de méditation, plus les sons sont nombreux, plus le yogi s’en nourrit. Chaque son est une occasion pour sceller la contemplation de la vacuité des sons.

L’énergie initialement « néfaste » du tumulte citadin devient alors cette une énergie qui lie le yogi à cette contemplation. Il a ainsi transcendé le tumulte pour en faire une source de bénédictions.

Abu de langage des scientifiques

En parcourant les explications scientifiques grâce au lien ci-dessous, vous verrez qu’ils utilisent la tournure « les cils captent les vibrations sonores ». C’est un abu de langage, car les cils ne captent véritablement que les vibrations aquatiques, il n’est pas encore question de son à ce stade du traitement du signal.

Lorsque nous nous trouvons avec une personne et affirmons entendre les mêmes sons qu’elle, nous sommes dans le vrai n’est ce pas ? C’est une « vérité relative ».

Lorsque, dans la même situation,  nous affirmons n’entendre que nos propres sons respectifs, nous nous rapprochons de la vérité, nous exprimons une vérité plus « définitive ». Nous nous rapprochons de la contemplation de la nature de notre esprit

Voilà pour aujourd’hui.

Je vous laisse à la magie sonore de ce roi qui fait tout : votre esprit.

Je vous laisse méditer cela un peu et nous conclurons par une anecdote.

Maintenant que vous êtes expert(e), petite question subsidiaire de la tradition du bouddhisme Zen:

Quel est le bruit d’un arbre qui s’abat dans le désert?

Au coeur de ma retraite de 3 ans

Cellules de retraite au Tibet. Peut être notre destination future?
source: www.http://leblogdevirginie.e-monsite.com

Pour conclure voici une anecdote qui est venue ponctuer ma retraite méditative de 3 ans. Tous les matins nous étions réveillés à 3H30 par le son du gong pour la première session de méditation de la journée. Ce réveil si tôt est l’un de mes plus beaux souvenirs de retraite (je passerai sur les fois où je ne me suis pas réveillé ! 😉 )  A cette heure, le mental est au repos et la saisie est quasi nulle, de façon naturelle. C’est pour cette raison que l’ensemble des méditants des grandes traditions spirituelles se lèvent très tôt. La « difficulté » est de ne pas être dans le brouillard ! En retraite, les pratiques au coucher et pendant le sommeil conditionnent la qualité du réveil. La position assise pour dormir contribue aussi à la clarté de l’esprit.

Bref ! Revenons à nos moutons: un jour, je me suis réveillé un peu avant 3H30 sans me soucier de l’heure. J’étais assis dans ma caisse de méditation, l’esprit ouvert, frais, paisible… méditant la non-méditation, c’est-à-dire laissant l’esprit TEL QUE.

C’est alors que le gong retentit. ET là….. je fus extrêmement surpris : le son venait de mon cœur ! J’avais beau chercher à localiser le son, il me semblait venir de mon « cœur ». Il n’était plus le son de ce gong frappé par un compagnon de retraite situé à 20m derrière moi légèrement à gauche. Non, le son provenait d’un espace intérieur profond impossible à localiser, à mesurer, à décrire. Et il prenait toute la place, abolissant les frontières encentre et périphérie, entr el’ici et le là-bas (où devait se trouver celui qui sonne le gong). Le son était simplement SON, pur écho venu de nulle part, émergeant de cette base qu’est l’esprit… comme un cadeau céleste de déesses musiciennes… Je pouvais alors débuter la récitation du yoga du réveil où les sons sont le tambour de Brahma…

Pétri par cette expérience, mon cœur s’emplit d’une infinie douceur qui fit couler mes larmes. Je commençai la journée avec une douce vaillance. Il va sans dire que les pratiques de cette journée, bien que semblables à celles des jours passés, eurent un tout autre impact sur mon entendement. Je venais d’expérimenter l’ineffable abolition du cadre illusoire dualiste.

Vous atteler régulièrement dans les réflexions-méditations sur le son évoquées dans cet article et vous y immerger a un puissant potentiel.

Pour conduire ce type de réflexion « à terme », une grosse dose de calme mental et de discernement est nécessaire. C’est ce que je vous propose de développer avec le programme Touchez le Bouddha.

touchez-le-bouddha-titreDécouvrir le programme Touchez le Bouddha

Voir les articles sur les 3 façons d’aborder les sons. Voir l’article

Si cet article vous a plu, vous a interpelé, partagez-le.

Au plaisir de lire vos commentaires et d’échanger sur le sujet.

Série d’articles sur le son

1/4   Méditer dans le bruit, c’est parfait!

2/4   Le bruit: excellent pour méditer !

Celui-ci:    3/4  Le monde est silencieux ! Seul l’esprit est bruyant !! Que vous inspire ce titre????

4/4 A venir