Le bruit environnant peut être une merveilleuse opportunité de méditer profondément ! Au bruit de la fête de la musique, l’idée de faire un article sur le son me revient à l’esprit… Dans cet article nous allons voir comment utiliser le son environnant pour méditer. Mais auparavant, voyons brièvement ce que la série d’articles « Méditer partout, tout le temps ! » vous exposera.

Méditons partout

Dans cette série d’articles je vous exposerai de nombreuses façons de méditer au quotidien. Votre pratique s’enracinera alors dans le quotidien et ne sera plus une vague aspiration à un ailleurs, à un au-delà. Toute véritable pratique de la méditation est fermement enracinée dans le quotidien domestique, professionnel, social… Les pratiques qui ne s’enracinent pas ainsi peuvent être des leurres, des refuges illusoires, voire des barricades au service de l’égo. Une grande vigilance est nécessaire pour ne pas voir notre pratique se déconnecter du quotidien et des autres. Cette série d’articles a donc cette visée claire : nous enraciner dans le quotidien et en faire notre terrain de pratique méditative.

Cette approche aura aussi pour avantage de transformer vos situations « adverses » en « amis sur le chemin ».

Chaque moment de vie peut être une occasion de méditer. Tout notre quotidien quel qu’il soit peut être intégré sur la voie. Mais cette intégration ne peut se faire que si nous avons les « outils » nécessaires. Ces outils s’appuient sur les trois piliers de l’intégration:

stabiliser et poser l’esprit sur l’objet de la méditation

diriger puis focaliser notre attention et notre discernement

intégrer la situation sur la voie

Vous appuyer sur ces trois piliers vous permettra de tirer profit de toutes vos situations quotidiennes. Et j’ai une bonne nouvelle: la vie deviendra alors parfaite telle qu’elle est pour vous faire avancer intérieurement! Dans cette série d’articles je rebondirai sur mes propres expériences quotidiennes, mais vous avez aussi la parole : demandez-moi des outils et conseils pour intégrer les situations de votre quotidien. Vos commentaires sont donc les bienvenus.

La tradition himalayenne a cette très belle parabole :

 Le monde est comme un tapis d’épines.

En voulant changer notre environnement et les autres, nous cherchons à recouvrir le monde d’un tapis de velours.

Le plus judicieux est de recouvrir nos semelles d’un doux velours !

La pratique de la méditation aura cet effet magique ! Et elle nous rend ouvert au monde tel qu’il est ; elle rend disponible, souple et créatif pour avoir des réponses adaptées aux circonstances. Vous verrez que bien des situations « problématiques » changeront de visage… aujourd’hui abordons le bruit environnant.

Le bruit est excellent pour méditer !

En général nous avons une idée bien arrêtée sur la méditation : nous l’imaginons comme un moment calme, dans le calme, sans bruit… pour toucher une paix indicible: le nirvana… N’est-ce pas ? Et tout ce qui vient perturber cela devient indésirable, devient obstacle. Nous en arrivons alors à penser que notre environnement ne nous convient pas : les enfants sont insupportables, notre conjoint fait trop de bruit et ne nous respecte pas. Nous rêvons alors de réunir les conditions favorables pour notre bien-être, nous rêvons d’habiter un lieu calme, à la campagne, loin de tel ou tel voisin… Le monde devient alors un sac d’épines qui nous empêche d’être heureux.

Cette visions des choses est courante, voire « normale ». Mais elle n’est pas féconde, elle est même erronée. Dans cet article nous allons voir pourquoi et comment le bruit peut être une merveilleuse opportunité de méditer profondément !

Voyons concrètement comment le son environnant peut être un véritable support de méditation. L’approche s’appuie sur les trois piliers de l’intégration:

1) Stabiliser et poser l’esprit sur l’objet de la méditation

2) Focaliser notre attention et notre discernement

 3) Intégration de la situation sur la voie

 

Bon, il paraît que les articles trop longs ne sont pas lus… J’arrête donc là pour aujourd’hui. J’aborderai ces trois piliers dans le prochain article de la série. Mais:

Méditation sur le son

Pour vous faire travailler un peu d’ici là, voici deux questions pour vous faire méditer.

– quels sont les situations où le son vous dérange ? (1)

– quelles sont les situations où le son vous convient ?

(1)   Dans ces questions notez bien que je ne parle pas de méditation. Essayez de faire une liste assez exhaustive des pour chacune des questions.

Prenez le temps de faire ces deux listes, puis, si vous en avez le temps, laisser-vous imprégner par le souvenir de chacune des ces situations. Pour chaque situation prenez conscience des sensations physiques générées par ce souvenir. Puis analysez, ressentez en détails ces sensations. Par exemple ressentez d’où émerge l’agacement, comment il se manifeste, quelles sont vos sensations, à quel endroit du corps, quelle intensité, quelle température… Ressentez-vous !

Vous pouvez faire cela sur plusieurs jours : un jour pour les listes, plusieurs jours pour vous plongez en le souvenir de ces situations… voir vous plonger dans les situations elles-mêmes…

Vos commentaires sont les bienvenus, dites-moi :

– quels sont les situations où le son vous dérange ?

– quelles sont les situations où le son vous convient ?

Dites-moi quelles sont les situations de la vie pour lesquelles vous aimeriez avoir des conseils pour « méditer dans l’action ».

Articles reliés:

Celui-ci:    1/4   Méditer dans le bruit, c’est parfait!

2/4   Le bruit: excellent pour méditer !

3/4  Le monde est silencieux ! Seul l’esprit est bruyant !! Que vous inspire ce titre????

4/4 A venir