Le Karma, comme jamais on vous l’explique !

Le Bouddha peut plonger en enfer comme le cygne en l’eau glacée !

 

Cet article initie la série d’articles « Le Karma, comme jamais expliqué ! ». Ces articles de fond vous donneront des clés, des angles originaux pour passer des concepts abstraits à une approche concrète au cœur de votre quotidien. Ici pas d’explications très compliquées (me semble-t-il) mais en lien avec notre quotidien. Bien que j’adore les enseignements très subtiles et complexes sur cette notion, il me semble préférable de vous livrer des réflexions qui nous rapprochent du concret plutôt que de cultiver une fois de plus l’intellect. Les mots ne valent que s’ils nous relient à nos sensations, à notre vécu et à notre cheminement en devenir…

Au fil du texte se trouveront des liens vers d’autres articles. C’est en écrivant cet article que j’ai eu envie de les écrire. Ces articles en question fleuriront dans quelques temps. Ils sont aujourd’hui, à l’heure de la rédaction de cet article, dans la liste des Express à écrire. Mais tentez votre chance, certains d’entre-eux sont peut être déjà en ligne ! Sinon, abonnez-vous aux fils des commentaires des articles à venir. Pour cela ouvrez-les liens et rendez-vous dans la zone de commentaire.

 Le Karma, comme jamais on vous l’explique !

Que l’on étudie le thème du karma pour le plaisir, par curiosité ou par réel besoin, on peut se demander quelle est la véracité de tous ces enseignements. Qui n’a jamais pensé que le karma est une croyance ? Qui y croit mordicus ? Qui n’y croit pas ? Quelles conceptions avant-nous sur ce thème ? Le connaissons vraiment ? Il est bien difficile de s’y retrouver tant la présentation de ce concept est souvent très liée à un système religieux très fortement teinté de culture himalayenne ou indienne.

Si nous voulons comprendre le karma, il convient de faire un petit détour par notre quotidien bel et bien concret. Ce petit détour aura pour avantage de présenter le karma sous un angle avantageux aux yeux de ceux qui sont réfractaires à toute religion voire à toute spiritualité. L’angle que je vous propose sera donc d’avantage psychologique que religieux ou dogmatique, il relève d’avantage du pragmatisme que de la croyance.

Commençons par dresser une liste non exhaustive des idées reçues sur ce thème :

–         Ce qui m’arrive était écrit, c’est mon karma.

–         Tu ne peux pas éviter ton karma, il t’arrivera ce qui doit t’arriver.

–         Après la mort je vais renaître en une destinée fonction de mon karma.

–         Il lui est arrivé cet accident, c’était son karma.

–         J’ai mauvais caractère, c’est comme ça, c’est mon karma !

–         Tu es dans telle situation difficile, c’est ton karma !

Toutes ces phrases ont une part de vérité, mais sont en général mal interprétées. La lecture qu’on en a a souvent tendance à déresponsabiliser l’individu et/ou à lui faire croire que « tout est écrit » à l’avance, comme si nous n’étions pas vraiment maître à bord de notre propre navire. Quelques précisions devraient remettre un peu d’ordre dans toutes ces idées reçues, et, surtout, remettre beaucoup d’espoir en les cœurs qui l’ont perdu.

S’il est vrai que nous sommes sous l’emprise de notre karma, en revanche il est indéniable que nous pouvons agir sur lui. Si dans un premier temps nous sommes comme un feuille morte poussée par le vent de notre karma, il nous est  possible d’en infléchir la course : nous pouvons être le vent. Eclaircissons tout cela !

Le Karma

Le terme Karma signifie « action ». Dans l’Abidharma il est écrit :

« Le karma désigne l’impulsion et son résultat.

L’impulsion est l’acte mental ;

Ce qu’elle produit est l’acte physique ou verbal. »

Derrière ces quelques courtes phrases se trouve donc une réalité : nos actes mentaux donnent des impulsions qui ont des conséquences. Le point important réside donc en nos actes mentaux. Cette définition du karma n’a donc rien à voir avec une forme de destinée déjà écrite ou avec le fait que ce qui nous arrive devait nous arriver. Nous reviendrons là-dessus plus précisément plus tard.

Ici, je ne ferai pas de cours académique, je serai concret et j’irai droit au but :

Le karma est notre tempérament !

Oui, une façon plus simple de parler du karma est de dire qu’il est notre tempérament. En parlant de tempérament, il est plus facile de nous attribuer directement une large part de responsabilité dans nos réactions émotionnelles, dans la possibilité de changer etc… Parler de tempérament plutôt que de karma est aussi beaucoup moins teinté de religion ou de spiritualité. Mais « tempérament » est un terme beaucoup plus près du véritable sens du mot karma que toutes nos idées reçues sur le « karma ».

Si nous voulons savoir ce qu’est notre karma, il faut donc observer notre propre tempérament, et l’analyser dans quelques situations concrètes quotidiennes ou répétitives : nos réactions sont prévisibles, répétitives, voire « inévitables ». N’est-ce pas ? Etes-vous souvent surpris par vos réactions ? Ou pourriez-vous prévoir vos réactions à tel ou tel évènement ? A moins d’être ce jour-là dans un état particulier, dans un état de lâcher-prise, ou ivre 😉  , notre réaction face à tel ou tel évènement est prévisible et fonction de notre propre tempérament.

Imaginons que nous nous trouvions dans le métro avec quatre amis à une heure de faible affluence et par un jour de printemps. Tout est beau tout est rose, tout va pour le mieux. Puis soudainement, un individu agressif et insultant pénètre dans la rame de métro, s’adresse à nous verbalement et physiquement. En une fraction de seconde nous passons d’un état de paix, voire de joie, à un second état bien différent, tout autre.

En quelques mots, comment décririez-vous cet état ? Dans quel état seriez-vous ? Merci de l’écrire dans les commentaires ci-dessous. Nous pourrons ainsi découvrir la palette des réactions des lecteurs. Je vous invite à laisser votre commentaire puis à revenir

ICI

Un individu agressif et insultant pénètre dans la rame de métro, s’adresse à nous verbalement et physiquement… Que ressentez-vous ? Comment réagissez-vous ?

 

Voilà, c’est fait ? Merci

Si nous sommes cinq amis dans cette rame de métro, chacun de nous va avoir un ressenti et une réaction différente, propre à notre tempérament, à nos habitudes. La nature humaine est ainsi faite. Nous pourrons être traversés par de la peur, de la colère, du courage voire de l’orgueil, de l’indifférence, de la compassion, de la tendresse, voire de l’humour…

Ainsi nos ressentis et nos réactions seront divers. La « saveur » de cette expérience nous sera personnelle, teintée par notre tempérament. Ce qu’il nous arrive à ce moment est certes une forme d’agression, mais notre vécu nous est personnel, notre véritable expérience intime du moment est notre monde intérieur.

Cet individu est une circonstance qui nous fait basculer d’un état A à un état B. Mais notre tempérament est un facteur capital qui nous oriente vers un état B particulier. Cet état B est plein de nos ressentis, de nos émotions : c’est notre monde intérieur.

Méditons

Les signes […] indiquent les moments de méditation.

Faites une pause et souvenez-vous d’expériences qui ont généré en vous de fortes sensations, de fortes émotions. Souvenez-vous de ces moments avec précision.

[…]

Puis souvenez-vous des réactions des personnes qui étaient avec vous alors.

[…]

Vous avez probablement eu des ressentis et réactions différentes.

Il est évident que des ressentis et réactions communs aient pu se produire, ce sont des tendances communes. Mais la diversité des ressentis et réactions est possible et souvent le cas.

La saveur de l’instant

Dans ces situations que vous venez d’imaginer, « la saveur de l’instant » a été façonnée par votre tempérament, vos conditionnements, vos émotions. Ce qui nous arrive c’est certes tel ou tel évènement, mais ce que nous vivons c’est surtout « notre saveur de l’instant », façonnée par notre tempérament.

Chaque instant de notre vie est donc une opportunité pour prendre conscience de notre tempérament

Chaque situation est comme un miroir, un maître spirituel qui nous place face à nous-mêmes. Dans un article ultérieur nous verrons comment nos « ennemis », les situations problématiques, ou tel enquiquineur… peuvent être de puissants maîtres spirituels et donc des amis !  Accéder à l’article : « Nos obstacles : nos maîtres »

Ceci nous ramène à cette phrase :

« Tu es dans telle situation difficile, c’est ton karma ! »

En général cette phrase signifie que tel évènement nous arrive parce que c’était écrit, et nous devons l’accepter. C’est vrai, mais à y regarder de plus près, seule la fin de la phrase est vraie : nous devons d’accepter.

Non, cela n’était pas écrit que tel évènement devait arriver. Ce qui devait arriver c’est notre façon de le vivre. Mais là encore, ne commettons pas d’erreur : ce que nous devons vivre, c’est la façon de vivre la situation en fonction de notre tempérament du moment. La même situation vécue dix ans plus tard, après un long travail spirituel, psychologique ou après un bon apéro 😉  fera naître des sensations et réactions bien différentes.

Nos émotions ne naissent pas des situations, elles naissent de notre tempérament et de nos conditionnements. Les situations ne sont que des conditions extérieures, des facteurs secondaires, elles ne sont que le bois et non l’étincelle qui met le feu.

D’après vous qu’est-ce qui joue le rôle d’étincelle ?

De la naissance aux réactions

Allons droit but : le problème peut se résumer à un simple petit grain de sable onirique.

Quelle est la réalité d’un grain de sable onirique ?

[…]

Sa seule réalité est celle que notre mental veut bien lui accorder.

Songez un instant à un grain de sable.

[…]

Une image, des couleurs, une taille, une odeur, des sentiments, des souvenirs… ont pu jaillir en vous. Et pourtant, aucun grain de sable n’a été réellement présent. Seul un grain de sable illusoire fut généré durant quelques instants.

Il en est EXACTEMENT de même avec nous-mêmes et notre tempérament. Nous sommes cet égo chéri illusoire ! Cet égo chéri est une sensation « viscérale » qui nous fait dire MOI, JE… je pense donc je suis etc… Certes je pense donc je suis, puisque je pense. Mais quelle est la nature de ce « je » ? Quelle est la nature de mon « être » ? Là est un autre débat, passons dessus bien qu’il soit essentiel. Pour réaliser la nature de cet égo, la contemplation de la nature conditionnée de nos émotions est aussi une voie valide.

A partir du moment où ce centre, cet égo… naît, nous voici tombé en un mode d’être où les émotions ont trouvé un terrain où prendre racine, se développer, c’est leur jardin dont le parfum se nomme Samsara. Ce parfum est l’odeur de votre tempérament.

Quelques soient les situations, agréables ou non, prendre conscience que la saveur de l’instant dépend de notre tempérament est déjà un très grand pas !

Et ensuite ?

Mais cela nous fait une belle jambe ! Que faire ensuite ?

Nous avons entendu dire que nos joies et nos souffrances sont fonction de notre karma. Oui et alors ensuite ? Et bien, il faut se mettre en marche et contribuer à polir notre esprit. C’est le but du chemin spirituel avec ses multiples facettes, voies, écoles, outils, méthodes… C’est toute la raison d’être de ce blog.

Aujourd’hui je voulais mettre le doigt sur cette réalité : la façon de vivre ce qui nous arrive dépend de notre tempérament. En d’autres termes : ce qui nous arrive dépend de notre karma.

Mais l’essentiel reste à venir : passer à l’action pour dissiper tout ce qui fait obstacle au Nirvana ! Tout un programme ! Ce n’est qu’alors que, tout comme le Bouddha, nous pourrons « plonger en l’enfer comme le cygne plonge en l’eau glacée ».

La tradition

Les enseignements traditionnels sur le karma sont vastes et profonds. La roue du karma est passionnante à étudier !

Pour ceux qui voudraient découvrir l’un des livres de chevet des pratiquants à ce sujet, voici un précieux livre :

Le Précieux Ornement de la Libération

de Gompopa

Editions Padmakara

Cliquer sur l’image pour accéder au livre.

Ce livre aborde le thème du karma avec beaucoup de détails. Il est riche de nombreux autres chapitres. C’est le livre qui est utilisé par la quasi-totalité des maîtres de l’école Kagyu pour placer le disciple sur la voie vers l’éveil selon l’approche du mahayana. C’est également un livre de référence préliminaire aux pratiques des tantras. C’est LE livre que je vous conseille si vos voulez aborder en détails et en profondeur de nombreux thèmes souvent survolés bien vite… Si on voulait étudier en détail ce livre, il faudrait plus d’une décade ! J’ai donc du pain sur la planche sur ce blog. 😉

Et un second, qui est aussi une référence. En plus, il aborde les pratiques préliminaires communes et extraordinaires des tantras.

Le Chemin de la Grande Perfection

Patrul Rinpoché

Editions Padmakara

Cliquer sur l’image pour accéder au livre.

Et pour finir, un dernier livre intéressant. Tout en étant moins traditionnel et moins fourni en références « canoniques », il vous propose des « astuces indispensables, des outils pratiques, des exercices spirituels simples et des affirmations puissantes qui vous aideront à atteindre une vie plus agréable grâce à une meilleure santé, plus d’amour et un équilibre mieux assuré. »

Le Pouvoir du Karma

Mary T. Browne

Ed. Véga

Cliquer sur l’image pour accéder au livre.

Quant aux idées reçues

Avant de conclure cet article, faisons un bref retour sur les phrases énoncées en début d’article. Sous chaque phrase je vous donne les angles avec lesquels je les aborderai dans des articles EXPRESS ultérieurs :

Ce qui m’arrive était écrit, c’est mon karma. (article à venir)

Voir l’Express

Tout ce qui m’arrive peut être vécu en la paix ! Tout ce qui m’arrive, même le plus « désagréable » peut être « ami », voire « bénédictions ».

Comment éviter votre karma !

Lire l’article Comment éviter votre karma

Non ! Le karma ça se travaille ! Nous avons le pouvoir et la responsabilité de faire un travail spirituel pour polir notre tempérament. Le Bouddha peut plonger en enfer comme un signe en l’eau glacée.

Après la mort, je vais renaître en une destinée fonction de mon karma. (article à venir)

Voir l’Express

Chaque jour nous passons par des états psychiques et émotionnel nombreux. A chaque instant, nous naissons à de nouveaux états, nous mourrons et renaissons sans cesse. Les mécanismes en jeu à chaque instant sont précisément ceux de la réincarnation ! C’est là toute la puissance, et sans doute la raison d’être, des enseignements sur la réincarnation. La puissance des enseignements sur la réincarnation évoque aussi les changement de « modes d’être » entre les moments vécu à travers l’égo et les moments vécu « au-delà » de l’égo.

Il lui est arrivé cet accident, c’était son karma. (article à venir)

Voir l’Express

Non, dans les enseignements du Bouddha il est aussi question d’accident. La loi d’interdépendance n’est pas à confondre avec la loi du karma. Elles sont liées mais pas identiques.

J’ai mauvais caractère, c’est comme ça, c’est mon karma ! (article à venir)

Voir l’Express

Ca, c’est faire preuve de peu de remise en cause, et avoir peu de courage. C’est une forme de lâcheté et un grand gâchis. Fort heureusement, malgré notre éventuel caractère de cochon, notre esprit demeure pur et possède la nature de bouddha, il faut un peu d’huile de coude pur infléchir notre karma…

Tu es dans telle situation difficile, c’est ainsi c’est ton karma ! (article à venir)

Voir l’Express

Le terme difficile désigne-t-il ici la difficulté de l’individu à vivre la situation, ou la situation elle-même ? Toute situation, même « difficile », peut être vécue en paix, grâce au discernement et à l’audace !

Illustrations* de mon ami bhoutanais Karma Yéshé

www.buddha-paint.com/

bouddhapainting.over-blog.com/

(* sauf la roue du Karma. DR)

Au plaisir de lire vos commentaires.

 

Si vous avez aimé cet article,

partagez-le sur facebook et envoyez le lien à vos contact.

21 comments

  • […] Le Karma, comme jamais on vous l’explique ! […]

  • Cyrille (8 mois)

    Je ressentirais de la surprise, et probablement de la peur, ce qui me ferait hésiter à intervenir. Surtout si je sors d’une phase de joie et de paix.
    Pourtant, je suis souvent très énervé !

  • Suzanne C (2 années)

    Comment savoir comment je réagirais ? Je pense d’abord à l’effet de surprise qui me clouerait sur place, de peur certainement, que j’essaierais de comprendre dans une première phase. En tout cas je ne pense pas que je répliquerais

  • […] Le Karma comme jamais expliqué […]

  • […] Pour aller plus loin sur le sujet lire l’article Le Karma comme jamais expliqué […]

  • danielle (3 années)

    Arnaud,
    c’est un merveilleux article qui m’a permis de concrétiser ce que l’on appelle destin en français
    jusqu’ici, le mot karma m’envoyait dans la sphère spirituelle et inaccessible.. pour le commun des mortels » et je me contentais des phrases toutes faites que vous avez énoncées,
    en ce qui me concerne, en vous lisant, vous avez démystifié ce terme(tempérament me convient) et la bonne nouvelle si on doit ‘accepter notre karma on peut le travailler pour qu’il soit le plus agréable possible mais il y a du travail
    cordialement

  • […] Pour aller plus loin sur le sujet du karma voir la série d’articles Le KARMA comme jamais expliqué […]

  • […] Dans l’article qui lançait la série, j’expliquais que le karma est notre tempérament. Pour relire l’article et comprendre cet angle je vous invite à relire l’article initial : Relire l’article le Karma comme jamais expliqué […]

  • […] Dans l’article qui lançait la série, j’expliquais que le karma est notre tempérament. Pour relire l’article et comprendre cet angle je vous invite à relire l’article initial : Relire l’article le Karma comme jamais expliqué […]

  • Mikael (5 années)

    On pourrait dire que le karma représente le fait que chaque action est liée, bonne ou mauvaise. Qu’à chaque action entraîne une réaction du simple fait de la présence des autres. Cela me rappelle une série américaine sortie l’année dernière (Touch) où l’on nous montre à quel point nos actions sont toutes reliés les unes aux autres. Chaque action que je fait induit une action de la part des autres et au final on obtient un résultat plus ou moins bon, plus ou moins attendu.
    Pour moi, la chance, le destin n’existe pas. Ce sont nos actes ou non actes qui font de nous ce que nous sommes. Parfois la vie semble plus facile pour certains mais en est t’on vraiment sûr ? Échangerions nous si facilement, par exemple, notre vie d’illustre inconnu libre comme le vent contre une vie de star poursuivi par les paparazzi. Chaque choix a un prix qu’il faut pouvoir assumer.

  • […] (2)    A ce sujet voir l’article Le karma comme jamais expliqué […]

  • Michèle (5 années)

    Depuis que j’ai lu votre article, j’essaie de me représenter in situ… mais je n’y arrive pas, je ne veux pas, je ne peux pas. Me sont remontés la série d’attentats perpétrés à Paris en 95… Je me pose souvent cette question… Mais qu’est-ce qu’objectivement je pourrais faire ? J’ai bien essayé d’apprendre l’esprit combatif en m’inscrivant à un cours de Jujitsu, au moins pour apprendre à me défendre, mais même ça, je n’ai pas pu… Dès le début du cours, j’avais des douleurs aux chevilles qui m’interdisaient d’aller plus loin… Alors j’ai connu le yoga qui m’a aidée à m’accepter comme je suis ! Et puis la violence, je vis dedans depuis que je suis toute petite… M‘est revenue aussi cette déception cruelle lorsqu’adolescente, le curé de mon village est allé dire des insanités sur mon compte à Maman, déjà bien malade, qui n’avait pas besoin d’entendre des propos aussi douloureux,
    ce qui a provoqué le rejet définitif de ma religion… Hier je suis tombée sur une émission poignante « L’âme en sang » sur ARTE (à revoir en replay, jeudi 11- 23h30), je n’ai pas pu la regarder jusqu’au bout… Une fatigue morale épuisante, à longueur de journée, au bureau, où nous sommes broyés par la folie d’un système qui nous impose des process de plus en plus compliqués pour des résultats qui ne cessent de se dégrader, entraînant des relations humaines de plus en plus délétères entre collègues à bout de nerf… Une grande souffrance, un énorme sentiment d’impuissance… Car, ça, c’est ce que « moi » je ressens… D’autres s’en moquent, d’autres y croient encore, d’autres y cherchent leur propre intérêt … Voilà, le crochet, et l’anneau… la force du rappel et de la vigilance mises en défaut…
    Je viens de lire la suite de votre article, j’ai relevé les phrases qui m’ont le plus touchée : « Tu es dans telle situation difficile, c’est ton karma ! : Ce qui devait arriver c’est notre façon de le vivre. » « nous voici tombés en un mode d’être où les émotions ont trouvé un terrain où prendre racine » et pour finir : « Nous sommes cet égo chéri illusoire ! » : Au moins je sais dans quelle direction diriger mes recherches ! Merci encore !

    • Arnaud Guétcheu (5 années)

      J’ai regardé les 5 premières minutes… Oui dans notre monde il y a des choses de cet ordre avec tous les déséquilibres que cela entraine.
      La question est donc de savoir ce que nous voulons cultiver dans notre vie :
      Nourrir notre bête noire intérieure ou la bête blanche…

      Personnellement je conseille une cure télévisuelle positive à tous ! Tirez un trait sur le négatif. Ce n’est pas faire l’autruche c’est cultiver notre jardin intérieur. Et de toute façon regarder ou non ces reportages est ce que cela change la face du monde ???
      Toutes ces émissions sont peut être d’un intérêt certain mais elles plongent les gens dans les émotions.
      et c’est pour cela qu’elles sont tournées et vendues… si les chaines voulaient vraiment être altruistes et tournées vers le bien des êtres elles parleraient de méditation, de spiritualité, d’éveil… Mais au contraire elles passent à l’antenne ce qui plait aux êtres : les émotions… le sel de la vie !! Moi je dirais plutôt que c’est du piment qu’on se frotte dans les yeux !

      Bref… ce que je vous conseille c’est de pacifier votre esprit par un apport puissant de vertu… de bonté… qui est l’essence de notre coeur.
      Le monde ne sera jamais parfait, il sera toujours tapi d’épines… Il s’agit donc de placer sous nos semelles une semelle de velours plutôt que de vouloir arracher les épines du monde. Une fois équipés de la semelle de la paix intérieure, de l’amour et de la compassion, nous serons plus à même d’enlever quelques épines dans notre environnement proche.
      Ensuite, au gré des causes et conditions et interconnexions avec les êtres, nous pourrons avoir une activité plus vaste. Les traditions sont de puissants moyens pour diffuser des messages et des énergies positives…
      Hélas les forces contraires sont bien fortes… Le monde est ainsi… faisons donc ce qui est à notre porter : pratiquer pour nous éveiller et faire le bien là où nous en sommes…
      Bien à vous.

  • annick (5 années)

    Bonjour Arnaud,
    Je te félcite pour ton article très clair, décortiqué, travaillé en profondeur qui
    m »a éclairé…Je vis actuellement une situation très difficile car je suis handicapée, je ne peux presque plus marcher et qd je marche, je ressens beaucoup de douleurs…pas évident à accepter…et, donc, j’ai beaucoup apprécié ta phrase « toute situation, même « difficile »peut être vécue en paix,
    grâce au discernement et à l’audace! » C’est exactement ce que je ressens…!!!
    Bien amicalement
    Annick

    • Arnaud Guétcheu (5 années)

      Bonjour Annick,
      merci pour le commentaire. Bon courage !
      La douleur est une chose et la souffrance en est une autre. J’ai vu un reportage sur la douleur où une femme souffrant de rhumatismes articulaire a déclaré ceci :
      « J’adore jouer du piano, je joue tous les jours mais je soufre le calvaire à cause de mes rhumatismes. Je souffre depuis des années. Un jour la douleur est devenue si intense que JE NE SUIS DEVENU QUE DOULEUR ! A partir de ce moment là douleur ne fut plus souffrance. »
      Avant d’aller plus loin dans d’éventuelles explications, je vous laisse méditer ce témoignage. Cordialement

  • Arnaud Guétcheu (5 années)

    Quand les obstacles et les « ennemis » sont vécus en la paix, toute situation devient bénédiction et source d’accomplissements… Merci à mes lamas de m’avoir fait murir et caressé dans tous les sens du poil ! En cela réside leur sainteté, quant à leur éventuelles imperfections …??? This is not my business !!

  • […] Lire l’article bouddhisme dharma étudier méditation pleine conscience stress zen […]

  • Jonathan (5 années)

    Merci Arnaud pour ce très bel article, tu enlèves bien des idées reçues sur la notion de karma. Comme beaucoup de notions spirituelles, c’est relié à toute sorte d’idées qu’ont a pu se faire. Au moins, les choses sont claires avec cet article et j’apprécie que tu ramènes cela à la notion de tempérament qui nous est très familière.

    Pour reprendre la situation dans le métro, je dirais que j’essaierais de calmer cette personne pour refroidir la situation, mais bon tout ceci est de l’extrapolation assis bien confortablement dans mon canapé. Dans le métro face à cet individu, j’ai bien du mal à savoir ce qui monterait immédiatement à la surface dans mon ressentie et ma réaction. Seule la véritable expérience pourrait le dire.

    • Arnaud Guétcheu (5 années)

      Je me ferai un plaisir de lire les autres articles dans l’ebook, d’ici là je suis surbooké !! Bien à toi. 😉

  • Edouard (5 années)

    Salut,

    Bel article sur le thème du Karma ! très complet et surtout bien présenté. On voit qu’il y a un réel travail de recherche en profondeur!! en proposant même des livres sur le sujet. C’est un article très « pro ». Je vais à l’avenir suivre ton exemple 🙂

    Edouard

    • Arnaud Guétcheu (5 années)

      Merci Edouard,
      les années de pratiques érigent une « bibliothèque intérieure » … 😉 Ces livres m’ont accompagné pendant mes longues années de retraite. Ils servent de base pour recevoir des instructions complémentaires et pratiquer pratiquer pratiquer… le coussin de méditation ne devant pas refroidir !!! durant de longues années…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre anti-spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.


Go to Top