Dans la tradition du Bouddha, il est dit que chaque être a été au moins une fois notre père et notre mère dans une vie passée. Alors, il a eu à notre égard une énorme bonté à l’image de ce père…

Que cela fasse partie des vérités relatives, vérités ultimes ou vérités pédagogiques… Il peut être très efficace d’être initié à cette notion. Ce que je vous propose comme exercice est un peu « pimenté » et vous allez sans doute être nombreux à réagir vigoureusement. C’est probable, voire certain. C’est donc l’occasion parfaite pour vous d’examiner en profondeur, face à vous-même, ce que je vous propose de considérer. C’est en sortant de nos zones de confort et de nos schémas habituels que nous façonnons notre compréhension et notre vision du monde.

Méditation

La méditation sur la bonté de nos propres parents est une méditation importante de la voie de Lodjong (l’entraînement de l’esprit). Je reviendrai sur ce sujet.

Prenez un moment pour méditer tout ce que les parents font au quotidien pour leurs enfants.

[…]

Antidote aux émotions

Lorsque vous croisez une personnes qui vous est « hostile », souvenez-vous de sa bonté… Tous les êtres ont le droit au bonheur, sans exception. Seuls les 4 voiles (émotions, conditionnements, karma et ignorance fondamentale de notre nature profonde) les éloignent de la paix intérieure et les portent à faire des actes négatifs envers eux-mêmes et autrui.

Au moment de considérer les fautes d’autrui, rappelons-nous cela ! Et observons notre propre esprit :

Quand nous jugeons un individu, quelles émotions parcourent notre esprit ? Contemplons-nous avec bonté le fait que cette personne est sous le pouvoir des 4 voiles ou sommes-nous sous l’emprise de nos propres émotions ?

Il me semblait très très important d’aborder ce point, à une époque où les conflits, la répression et les bombes pleuvent…

La paix ne peut se construire sur l’incompréhension des souffrances d’autrui, fusse-t-il coupable des actes les plus condamnables.

Oui nous pouvons placer autrui face à la justice, mais manipuler les foules en jouant avec leurs peurs, leurs émotions etc… est une autre affaire !

L’humanité a besoin de tempérance et de discernement, faute de quoi elle dérape et produit de plus en plus de dysfonctionnements et de criminels.

Cas pratique

Mais revenons à nos moutons… L’exercice proposé n’est pas aisé compte tenu des circonstances, je vous l’accorde, mais les circonstances le nécessitent.

Il va de soi que je condamne les actes de barbarie et de terrorisme.

Considérons par exemple, qu’un terroriste aient été notre père dans une vie passée, vie durant laquelle il a manifesté une bonté semblable à celle du père dans ce film.

[…] Prenez le temps de méditer cela.

Si telle était la situation, qu’est-il arrivé à « notre père » pour qu’il en arrive à devenir terroriste ? Une dérive certaine, un aveuglement, une pluies d’émotions et de circonstances « défavorables », de mauvaises influences elles-mêmes dans la même spirale… ont contribué à façonner son être pour le conduire à des agissements inhumains et condamnable. (La réflexion vaut pour d’innombrables formes de « terrorismes » qui ne portent pas ce nom…)

Il va de soi que je condamne les actes de barbarie et de terrorisme, mais plaçons notre réflexion sur le plan des affects qui inondent ce « père »…

Tout être a le droit au bonheur, mais il est la proie de ses affects . Responsable et victime de lui-même.

 

A méditer

La gratitude est une puissante antidote aux émotions.

A consommer sans modération.