mandala 2
On me demande souvent « Qu’est-ce que t’a apporté la méditation ? » Dans cet article me me livre à vous.

Avec cet article, je contribue à un Carnaval d’Articles sur le thème de la spiritualité organisé par Tatiana. Ce rassemblement d’articles est une initiative du site Développement Personnel qui a baptisé cet évènement La Croisée des Blogs.

Cet évènement nous donne pour challenge de parler un peu de nous, de nous livrer, de vous expliquer ce que la spiritualité nous a apporté…

Je ne suis pas vraiment versé dans les articles à la façon « moi moi moi », alors il va falloir que je me fasse violence. Qu’est-ce qu’il vous intéresserait de savoir à mon sujet sans que cet écrit ne vous barbe ????? Les idées ne se bousculent pas… car je n’ai pas pour habitudes de parler de moi. Bon allons-y, je vais vous livrer ce que « vous me demandez souvent », ce qu’on me demande souvent :

« Que t’as apporté tes longues retraites et la méditation ? »

Tout d’abord, c’est précisément les bienfaits récoltés qui m’ont poussé à lancer ce blog et qui me donnent l’énergie nécessaire pour continuer, pour alimenter l’aventure. Je me réjouis à l’idée que certaines personnes récoltent des fruits tels que ceux que j’ai récoltés au fil de mes années de pratique et de retraite. Donc ce que je vais vous livrer là me concerne mais VOUS concerne. Tous les maîtres du passé, du présent et du futur ont pratiqué pour actualiser ces bienfaits pour ensuite avoir une activité altruiste au bénéfice des autres. Ils ont fait leur propre bien et contribuent à celui d’autrui.

Il en fut ainsi et il en sera ainsi pour VOUS, si vous passez à l’action, car nous avons tous en nous le même potentiel : la nature de bouddha.

Oh je ne suis ni bouddha, ni maître… Je ne fais que transmettre ce qui m’anime et ce que nous transmettent les sages himalayens que nous essayons de relayer avec bon cœur. L’héritage est précieux !

Note : que les puristes me pardonnent, j’utilise souvent l’expression « les sages himalayens » parce que mon parcours se situe dans ce courant. Mais c’est un abus de langage car cette voie remonte au Bouddha qui était indien, puis nous est arrivée en passant par les nombreux maîtres indiens, puis les maîtres tibétains et bhoutanais. Sans oublier l’influence de maitres d’autres contrées. J’utilise donc l’expression « les sages himalayens » pour rendre hommage à mes maîtres et aussi parce que les mots Himalaya et Tibet renvoient le lecteur à de bonnes sensations… Mais fondamentalement la Sagesse n’a pas de pays, elle est universelle et atemporelle.

Donc me voici à vous livrer quelques bienfaits de mon parcours spirituel au cœur de la tradition himalayenne.

Je cogite moins et mais mieux

Chose courante chez les ados et les jeunes adultes, je cogitais pas mal. C’était légèrement pesant. Je m’en rend compte après coup ! Un ami m’a fait découvrir cette belle science de l’esprit qu’est le bouddhisme (merci Fred) et j’ai vite apprécié les bienfaits de méditations simples telles que celles du calme mental. En pratiquant régulièrement cette méditation pendant 20 minutes par jour, j’ai découvert un calme encore inconnu et des sensations corporelles de paix profondes. Mes cellules ont du se demander ce qu’il m’arrivait ! J’ai eu la sensation qu’elles me remerciaient !!

À partir de là, ma tendance à cogiter pour un rien n’a cessé de diminuer pour laisser la place, à la façon des vases communiquant, à une quiétude toujours grandissante. Dès l’apparition de ces effets positifs, j’ai eu la certitude que cette voie était magique et précieuse. Je me suis alors investi intensément dans la pratique parfaitement intégrée à ma vie.

Peu à peu je suis passé par les différents degrés que comporte la voie du calme mental en 9 stades. Cette progression ne fut pas linéaire et ma vie ne fut pas toujours un océan sans vague, loin de là. Mais cette progression est en elle-même quelque chose de très précieux tant les bénéfices sont nombreux. Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez consulter une liste de 86 bienfaits de la méditation.

La diminution de cogitations parasites, stériles voire limitantes, a fait naître en moi d’avantage d’autodérision, de souplesse, de contentement… en fait une large partie des bienfaits évoqués dans cette liste ci-dessus.

Méditation et souplesse intérieure

L’un des points les plus importants à vous communiquer me semble être la souplesse intérieure. Oh j’ai encore des progrès à faire, car notre esprit est comme un rocher à polir à la plume sur le long terme. Mais les fruits récoltés me comblent déjà au-delà de ce que j’aurais pu imaginer. Jamais je ne pourrai remercier les maîtres qui m’ont accompagné, et m’accompagnent, à la hauteur des bénéfices intérieurs récoltés.

L’un des bénéfices majeurs est donc la souplesse. C’est la capacité à laisser passer rapidement une émotion négative lorsqu’elle se manifeste. Cela permet dans un premier temps de « voir arriver de loin » nos émotions négatives, de constater qu’elles s’élèvent moins fortement que par le passé, et de les voir disparaitre bien plus vite qu’avant. Ces bénéfices ont de très nombreuses conséquences positives.

Une liste non exhaustive de bienfaits

Attention : cette longue liste de bénéfices ne signifie pas que j’ai toujours ces capacités 😉 Mais la façon et la fréquence auxquelles ils se manifestent n’est sans commune mesure avec ma façon d’être avant d’avoir récolté ces fruits.

  • capacité de zaper
  • lâcher-prise
  • pardon
  • tolérance
  • acceptation
  • créativité pour agir en harmonie avec la situation
  • compassion (compréhension que l’autre agit sous l’emprise des affects)
  • amour (compréhension que nous avons tous le droit au bonheur et le potentiel pour y accéder)
  • patience (les choses ne se manifestent que lorsque les conditions sont réunies)
  • ténacité (persévérance pour réunir les conditions en question)
  • paix
  • douceur intérieure
  • écoute de l’autre
  • goût pour bâtir des épopées avec autrui malgré nos limitations du moment
  • meilleure vitalité
  • capacité à me relaxer très rapidement et les moments de stress sont hyper rares 😉
  • curiosité et soif d’apprendre
  • éthique

Sur la base de tous ces bénéfices, je suis habité par la conviction que l’être humain est bon, généreux et « fait » pour vivre heureux et bâtir un monde de paix. Si notre monde et les êtres ne sont pas ainsi, ce n’est pas que leur nature profonde soit malsaine, c’est que temporairement leurs esprits s’agitent et qu’ils cherchent leur bonheur en des impasses. Nos civilisations et systèmes brouillent bien les pistes ! Qu’un être se repose et se réveille en une contrée magique : il demeurera en paix !

La très belle émission Rendez-vous en Terres Inconnue de Frédéric Lopez est très révélatrice pour cela.

Explorons nos mandalas

Le terme mandala désigne notre univers personnel, notre façon « d’être au monde », notre façon de percevoir les situations, d’y réagir… Lorsqu’on dit qu’un mandala représente l’univers il faut donc avant tout comprendre qu’il est question de NOTRE univers personnel, de sa genèse et surtout de la possibilité de façonner peu à peu notre esprit pour que notre univers devienne du velours.

Il y a un dictons tibétain qui dit :

« Au lieu de vouloir arracher toutes les épines du monde ou de le recouvrir d’un tapis, le pus judicieux est de recouvrir nos semelles d’un doux velours. »

Si la pratique de la méditation m’a permis de récolter les fruits évoqués ci-dessus, elle m’a aussi permis d’aborder l’existence sur différents plans qui ont donné le nom de ce blog : TERRES DE REPOS

Pourquoi TERRES DE REPOS

Vous aurez remarqué le S à la fin de Terres. Je vous invite sur une autre page pour découvrir de quelles terres il est question.

Mais avant de poursuivre, merci de nous indiquer dans les commentaires quels sont les bénéfices que vous avez déjà récoltée en méditant et ceux que vous aimeriez récolter. Merci à vous.

Accéder à l’article

Pourquoi TERRES DE REPOS