On parle souvent de l’ego, du soi… comme d’une notion centrale dans les enseignements du Bouddha. Mais qu’est-ce que le soi-personnel ? Seule son identification par l’expérience directe permet d’aborder les enseignements les plus subtils sur la vacuité du soi. Car c’est en l’identifiant que vous pourrez commencer à vous poser les questions que se posent les plus grands yogis qui suivent la voie graduelle de méditation sur la vacuité.

Ici, je vous propose quatre temps :

 

1- Une vidéo impressionnant sur ces hommes fous qui flirtent avec la mort. Vous noterez pour certains l’année de leur décès nous est donnée 🙁  Vous pouvez la couper quand vous aurez senti qu’en vous quelques sensations s’élèvent. C’est suffisant pour la suite de notre démarche. Âmes sensibles : ne pas la regarder trop longtemps car vous pourriez être trop agité pour ce qui va nous occuper. Mais rassurez-vous, la vidéo n’est pas violente bien que très impressionnante.

 

2- Une séance audio où je vous expliquerai ce qu’est le soi personnel si important dans les enseignements sur la vacuité. Cette séance audio est issue du programme où je commente La Marche vers l’éveil, l’un des classiques les plus étudiés dans les monastères tibétains. En 11 minutes je fais le lien entre cette vidéo est des enseignements profonds.

 

3- Une vidéo de 16 minutes où vous découvrirez

– pourquoi le chemin du méditant rencontre des obstacles dus à l’inconscient qui met son grain de sel;

– ce qu’est l’esprit

– pourquoi l’inconscient est un ennemi

– pourquoi l’inconscient peut-être un allié

– à partir de quel point la pratique des tantras est réellement possible et devient puissante

– pourquoi vous êtes un.e magicien.ne

 

4- Quelques repères sur la voie menant au nirvana

 

Êtes-vous prêt.e pour une aventure unique ? C’est parti !

Les premières minutes sont celles où vous allez pouvoir émerger clairement la saisie du soi-personnelle.

 

 

 

 

La voie menant au nirvana

Le nirvana est « la cessation des passions et de leurs causes. »

Ceci étant dit, nous n’avons rien dit ! Car derrière ces mots on peut placer différentes notions.

Le Bouddha n’a lui-même pas donné de définition très précise du nirvana. Il a d’ailleurs « tourné plusieurs fois la roue des enseignements » pour dispenser des enseignements s’adressant à plusieurs « niveaux de discernement », car tous les méditants ne sont pas sur les mêmes plans de considération. Les différentes écoles ont même entendu ses enseignements de différentes façons. Elles sont toutes juste au regard du plan à partir duquel elles entendant l’enseignement; mais les étudier graduellement révèle combien la vue philosophique sous-tendant l’écoute façonne la réception du message.

Selon les écoles et véhicules, on trouve différentes définitions et différents types de nirvana. Cela indique que les fins de ces voies, bien que très proches, ne sont pas les mêmes. C’est pourquoi on peut parfois avoir l’impression de s’y perdre avant même d’avoir étudié le sujet.

Ici, au risque d’être caricatural tant les différences entre école sont nombreuses, soyons brefs. L’objectif étant de donner quelques repères inspirants.

Des écoles avancent que certaines formes de nirvana sont « inférieures » et « statiques », et ne sont pas l’état de bouddha pleinement éveillé. Il y aurait donc plusieurs « degrés » de réalisation. Pour faire hyper bref, classons les deux deux catégories :

– les « formes » de nirvana conduisant à la cessation des souffrances

– les formes de nirvana plaçant le méditant en l’expérience de la nature de l’ensemble des phénomènes perçus-générés par son esprit. Ce qui induit un champ infiniment plus vaste que la seule psyché liée à la souffrance.

 

Et le soi-personnel dans tout ça ?

La saisie d’un soi-personnel assimilé à une « entité » existante en soi, indépendante, est la source de cognitions qui sont l’essence du samsara. Mener l’examen pour identifier la nature de ce soi-personnel est l’approche de nombreuses écoles philosophiques. Réaliser la nature illusoire de ce soi-personnel conduit aux nirvanas « inférieurs ». Ce qui est déjà magique.

Étudier et méditer ce sujet de façon académique peut faire fumer vos neurones. Il est aussi possible de le méditer en suivant une voie plus yogique, celle-ci utilisant l’intellect pour aiguiser notre regard en méditation plutôt qu’en faire une fin en soi.

Les étapes suivantes, des écoles visant des formes de nirvana « supérieurs », consistent non pas à se limiter à l’examen de la nature du soi-personnel mais à examiner la nature de l’ensemble de nos perceptions sensorielles et mentales. C’est examiner la nature de votre esprit. LE terme esprit désignant alors bien plus que votre mental conscient ou inconscient. Examiner la nature de votre esprit est bien plus vaste que l’examen du phénomène soi-personnel.

Les méditations-contemplations sur la nature de l’esprit s’apparentent plutôt aux aspects gnostiques de l’ensemble des grandes traditions spirituelles. Et rejoignent certains pans de la science qui cherchent à identifier « la nature du réel ». Dans ces domaines on retrouve les neurosciences qui étudient la genèse des perceptions. La physique quantique s’y essaie aussi. Mais à ces deux sciences reste un pas de géant à faire pour combler le fossé qui les sépare de l’appréhension du Réel :

reconnaitre, affirmer et expliquer que ce que nous percevons est l’ensemble des rayonnements de nos consciences, en dépendance des stimuli impactant nos systèmes sensoriels, donc notre esprit.

Ce déni, par non-réalisation directe, induit des vues et postulats erronés tels que

– la représentation du monde physique comme fait d’entités solides;

– le nirvana serait un « autre monde »;

– les spiritualités gnostiques relèvent de l’idéologie;

– les traditions théistes et athées sont opposées;

– etc…

Autant de points de vue montrant que l’Homme a encore de belles avancées à réaliser, bien que depuis des millénaires les moyens habiles pour réaliser la sagesse leur soient offerts sur un plateau de diamants.

Mais nous sommes peut-être à une époque de rapprochement des sciences de l’esprit et des sciences physiques. Ce qui permettrait de remettre à leur juste place nombres de théories « spirituelles » des plus fantaisistes lorsqu’elles sont entendues de façon à ce qu’elles induisent des croyances plutôt que la réalisation de la nature de l’esprit.

Bien des courants new age, non sans valeur, se situent dans cette mouvance. Ils sont néanmoins le signe que les êtres cherchent à reconnaitre leur nature profonde, l’éveil. Mais bien souvent ces courants surfent sur l’attrait du fantastique pour faire de l’ignorance un fond de commerce juteux et laisse les individus barboter en des systèmes de croyances fort sympathiques mais n’en demeurant pas moins des formes d’illusions qui ne mènent pas à l’éveil. Ce qu’on reproche, injustement, aux grandes traditions spirituelles. Peut-être parce qu’elles se sont éloignées de leur essence gnostique universelle. Elles donnent donc le bâton pour se faire battre et ne conduisent que très peu de fidèles au coeur même du château de l’âme. Pourtant les sacrements sont d’une telle profondeur ! Mais est-elle enseignée ! Je dis cela avec beaucoup d’humilité, même sil elle semble déguisée sous beaucoup d’aplomb, du fait d’avoir contribué à de nombreuses rencontres interreligieuses.

Il y aurait tant de choses à dire… Mais cet article fait déjà 1300 mots et beaucoup n’ont plus le temps et l’énergie pour lire d’avantage.

En bref, réaliser la nature fondamentale de tout ce que vous percevez à travers vos sens est l’objectif de la voie du Bouddha. C’est découvrir ce que vous êtes vraiment; vous n’êtes pas uniquement l’habitant de ce corps physique, vous êtes aussi les sons, odeurs, images, saveurs… que vos consciences génèrent.

« Tomber » en cette expérience c’est se connaître soi-même et goûter sa « divinité ».

Une voie innovante et traditionnelle

En restant connecté.e à ce que je publie, vous découvrirez une approche innovante s’appuyant aussi sur la tradition pour accéder à ce type d’expérience-connaissance.

Si vous avez un parcours significatif en ce domaine, vous savez que les pratiquants expérimentant effectivement la nature des phénomènes et la nature de l’esprit sont rares. Que vous soyez déjà initié.e à cela ou en quête, vous êtes ici à la bonne place.

Au plaisir d’aller plus loin dans la démarche..

 

Rester connecté.e

Pour en savoir plus et recevoir mes communications, il vous suffit de vous inscrire à la newsletter TERRES DE REPOS. Quelques cadeaux vous attentent. Donc 6 méditations guidées.

Et vous ?

Qu’aimeriez-vous partager après avoir vécu cette séance ? Quelles furent vos sensations ?

Avez-vous identifié ce soi-personnel ?

Aimeriez-vous aller plus loin pour qu’il ne soit plus source d’émotions perturbatrices dans votre quotidien ?

Aimeriez-vous en faire un précieux allié ?

En savoir plus