wikipedia1 Connaissez-vous la déréalisation ? Découvrez un « non-concept » étonnant !!! Je viens d’oser contribuer à cette belle encyclopédie qu’est Wikipédia. Cela faisait longtemps que je voulais mettre mon grain de sel dans cette thématique, c’est donc fait ! Découvrez ma première publication sur Wikipédia. 

Remarque

(au 14/04/2013)

ma contribution sur Wikipédia a été supprimée !  Le signe que Wiki n’est pas neutre où que les contributeurs viennent y enlever ce qui ne rentre pas dans les cases de leur entendement. Un challenge se profile alors : combien de temps la science mettra-t-elle pour ne plus considérer la déréalisation comme un problème ? Wait and see ! Je vais de ce pas remettre ma contribution sur Wikipédia puisqu’elle satisfait aux 6 critères d’une publication juste : encyclopédisme, neutralité, licence libre, savoir-vivre, audace et innovation.

Page Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9r%C3%A9alisation

Ce qui suit est l’article Wikipédia un peu remis en forme. Ma contribution commence après « Contribution TERRES DE REPOS sur la déréalisation »

Connaissez-vous la déréalisation ?

(début de l’article Wikipédia) La déréalisation est une altération de la perception ou de l’expérience du monde extérieur qui apparait étrange ou irréel.

C’est un symptôme dissociatif qui se retrouve associé à d’autres dans un grand nombre de maladies psychiatriques et neurologiques.

Alors que la déréalisation est une expérience subjective de sentiment d’irréalité ou d’étrangeté du monde extérieur, la dépersonnalisation elle est le sentiment d’irréalité ou d’étrangeté par rapport à soi-même, à son propre corps.

Une patiente victime de déréalisation témoigne ainsi : « Je suis là et pas là. Je suis avec vous, mais ailleurs. C’est comme s’il y avait un voile, une sorte de brume entre le monde et moi. […] »[1]  

(fin de l’article initial Wikipédia)

Contribution TERRES DE REPOS sur la déréalisation

(Cette contribution a été légèrement modifiée par rapport à sa première version pour en supprimer ce qui semblait relever de l’idéologie religieuse.)

Cependant certains maîtres méditants considèrent cette expérience comme « l’état naturel de notre esprit« . Pour eux il y a une différence entre les caractéristiques du monde physique et LA PERCEPTION que nous en avons. La perception de solidité (matérialité) du monde est un mode perceptif engendré par le mental et notre mémoire sensorielle : nous pensons le mur solide car nous avons eu l’expérience sensorielle de solidité du mur via le toucher. Quand bien même nous ne toucherions pas le mur, notre mémoire sensorielle génère donc la perception de solidité.

Mais il est possible de demeurer en un état naturel (et non altéré) où le mental est au repos, sans fabrications, au sein duquel il n’y a pas émergence de la perception de solidité.

Depuis cette expérience, mode d’être primordial (antérieur à l’émergence des perceptions de solidité), des méditants perçoivent que la solidité du monde n’est qu’une perception cognitive. Le fait que la perception de la solidité puisse ne pas être là est la preuve qu’elle n’existe qu’en dépendance du système qui la génère : l’esprit. Affirmer que la non émergence de la perception de solidité est une « altération » par du postulat que cette perception est indispensable ou normale. Mais demeurer dans un mode d’être où cette perception n’est pas là n’est pas un trouble mais un état naturel qu’il convient de connaître, de reconnaître.

Cette reconnaissance est un point crucial du processus spirituel appelé « introduction à la nature de l’esprit ». Affirmer cela n’est pas remettre en cause les lois physiques mais considérer la nature des apparences.

milarepa3b

Le célèbre anachorète tibétain Jétsun Milarépa a dit :

Pour les esprits réalisés, cette réalité apparaît comme une illusion… [2]

Dans L’Ornement des sutras il est écrit :

Comprenez bien que rien n’existe hors l’esprit Et que l’esprit lui-même est dénué de réalité. Le sage qui perçoit l’irréalité de l’esprit et de toute chose Reste dans la dimension absolue de la non-dualité[3]

saraha

Saraha:

Tels une illusion, un mirage ou un reflet, Visions et sons ne sont pas des perceptions duelles. L’esprit qui perçoit l’illusion est comparable à l’espace; Sans centre ni périphérie, il échappe à l’intellect. » [4]

Plongez en le son

Notre très fort attachement aux formes visuelles nous empêche de pouvoir appréhender facilement ce dont il s’agit si nous n’avons jamais eu cette expérience. Le son étant plus subtil, il est possible d’approcher l’expérience de l’union de la forme et du vide.

Voir l’article « Le monde est radicalement silencieux, seul votre esprit est bruyant »

La déréalisation : trouble psychiatrique ou réalisation ?

L’expression « altération de la perception » ne semble donc pas juste pour définir l’expérience de déréalisation. Selon les maîtres spirituels et très grands méditants, l’état altéré (bien qu’habituel et normal) est celui ou notre mental surajoute une perception de solidité. Toutefois ils ne parlent pas d’altération de la perception mais de « perception relative conditionnée ». C’est ici que résident les points à éclaircir par le dialogue et la recherche interdisciplinaire.

Un dialogue interdisciplinaire permettrait de lever les contradictions entre le monde médical qui considère ces expériences comme « troubles psychiatriques » et les sages qui recherchent et demeurent au quotidien en cet « état primordial naturel de l’esprit » au cœur des activités mondaines. Ce dialogue permettrait :

– d’élaborer des « protocoles de découverte et de familiarisation » à cette expérience naturelle,

– d’identifier les facteurs qui rendent cette expérience problématique et les facteurs qui la rendent naturelle

FIN DE L’ARTICLE WIKIPEDIA

Le cœur de ma recherche

Il va de soi que ma contribution ne nie pas les troubles psychologiques pouvant accompagner cette expérience chez certains sujets. Chez certaines personnes cette expériences est le résultat de consommation de stupéfiants et provoque de puissantes angoisses face à l’expérience. De très nombreuses discussions animent les forums. Il semble donc nécessaire d’éclairer ces discussions sous un « nouvel » angle, celui des sages tout en recherchant les meilleures façons d’aider les personnes qui souffrent de « troubles associés ». La science aura-t-elle l’audace et la non-peur nécessaires pour entreprendre le dialogue ? A en croire la suppression de ma contribution sur le sujet sur Wikipédia on peut se poser des questions !

Voir l’article sur Wikipédia (avec ou sans ma contribution au gré des suppressions de je ne sais qui…) en CLIQUANT ICI

Comme vous l’aurez compris, chez les grands méditants (enracinés néanmoins en l’ici-et-maintenant) cette expérience est juste un état normal, simple et concret, adapté au monde puisque l’ayant parfaitement intégré. Je reviendrai régulièrement sur le sujet à l’avenir avec d’innombrable citations puisque le cœur du sujet des enseignements du Bouddha est précisément cela. L’égo étant lui-même illusoire bien que se manifestant. A méditer !

Nous touchons-là un profond sujet que je tenais à introduire avec cet article et la contribution sur Wikipédia. Il faut parfois mettre le pied à l’étrier des débats et recherches que l’on souhaite initier, c’est chose faite.

La science doit pousser la porte des méditants

Il serait temps que le monde scientifique ose pousser les portes des spirituels. A nous de leur donner les outils simplifiant l’entrée en matière. Avec cet article sur la déréalisation, je jette le premier pavé dans la marre.

Le Mind & Life Institut conduit des recherches à travers le monde avec des centaines d’équipes de scientifiques. Le Dalaï Lama et Matthieu Ricard sont des piliers de ces travaux. A quand des travaux sur la déréalisation ?

Pas de soucis ...

Petite remarque de taille : pas de soucis (au contraire), je ne suis pas atteint de ce trouble psychiatrique de déréalisation   😉  Mais déguste parfois cet état naturel aux milles et une pépites, source de grands bienfaits pour soi-même et autrui. De lui nait une compréhension fraîche de textes hermétiques, et chasse au loin toute écriture s’appuyant uniquement sur le mental. Elle permet aussi de voir ceux qui s’expriment depuis les mots et ceux qui s’expriment depuis l’expérience.

Souhaits altruistes

Il nous est donné de cheminer pour toucher à cette indicible réalité enracinée en l’ici-et-maintenant.

Point d’orgueil à en faire l’expérience, cette expérience naturelle nous est « donnée » puisqu’elle fait partie du patrimoine génétique spirituel de CHACUN !

Aucune pudeur à avoir non plus, en partager l’expression et les moyens qui permettent de nous conduire au coeur de cette expérience est la chose la plus précieuse. La pudeur ou la peur de froisser des systèmes établis sont de grands obstacles ! Les pionniers sont à encourager.

Au loin donc tout esprit partisan ou esprit de chapelle, le dharma n’a pas à être protégé (il ne peut être altéré)  il doit être partagé.

Puissent les maîtres ne pas craindre l’innovation et faire fleurir les moyens habiles permettant de nous conduire au « coeur du sujet »… Depuis des millénaires, c’est ce que l’ensemble des traditions contemplatives s’évertue à faire.

Sources :

(1) Marc Hayat « Il faudrait la « médiquer » un peu », Revue française de psychanalyse 2/2002 (Vol. 66), p. 529-540.

(2) Rayon de Lune – Les étapes de la méditation du Mahamoudra – Dakpo Tashi Namgyal – Editions Tsadra – p.285

(3) Rayons de Lune – Les étapes de la méditation du Mahamoudra – Dakpo Tashi Namgyal – Editions Tsadra – p.231

(4) Rayon de Lune – Les étapes de la méditation du Mahamoudra – Dakpo Tashi Namgyal – Editions Tsadra – p.284

Et vous ?

Que vous évoque ce sujet ? Avez-vous déjà entendu parler de vacuité ? De claire lumière ? De déréalisation ? Aimeriez-vous en savoir plus sur le sujet ?


déréalisation