confiance

Voici un vaste sujet !

Cet article participe à l’événement  Confiance en soi à l’initiative de Fayez du blog etre-un-homme.fr.

Confiance en soi et image de soi

Le terme confiance peut être envisagé sous plusieurs angles, mais souvent il fait écho à une forme de doute, de malaise… face à autrui. C’est cet angle que je vous propose.

Le manque de confiance en vous qui se manifeste-t-il sous forme de timidité, d’inconfort face à autrui, par le sentiment d’être gauche voire inintéressant ? Ces émotions, si elles sont répétées, se transforment en sentiment d’absence de confiance en soi. Le sentiment, à la différence de l’émotion, dure dans le temps et façonne l’image que vous avez de vous.

L’absence de confiance en soi est liée à l’image que nous avons de nous, à ce que nous pensons pouvoir apporter aux autres, à notre capacité d’ETRE avec autrui. Tous ces mécanismes ont une racine, un siège, un terrain : l’égo !

L’égo est cette entité viscérale, moi, je, qui ressent et génère les émotions. La soif de confiance en vous et l’absence de confiance en vous sont les signes de la présence de cet égo qui cherche un terrain de confort. Mais c’est peine perdue ! Oui, la simple présence de l’égo est par essence l’inconfort. Toutes démarches visant à procurer du confort à l’égo peuvent avoir ses bienfaits mais elles ne suppriment pas tous les mécanismes égotiques. Observez autour de vous et vous verrez combien de personnes ayant fait un travail sur soi restent encore rigides, le dos et la nuque raide comme des piquets… Des robocops en puissance !

Le développement personnel peut vous mettre « droit dans vos baskets », mais comme son nom l’indique, il tourne autour de votre personne, c’est-à-dire le je, le moi, l’égo. Quelques approches vont au-delà, mais elles ne sont pas légion. Savez-vous combien de personnes divorcent après une thérapie ? Le chiffre est impressionnant !

D’après le Bouddha,

tout ce à quoi nous nous identifions n’est pas notre vrai visage.

Ces identifications sont un château de carte fragile, sans cesse l’égo déploie de nombreux jeux pour s’introniser « maître despote». La naissance de l’égo est le grain de sable qui vient saper la paix à la racine :

nous sommes comme des tigres de papier ,  à la moindre contrariété, notre paix devient enfer, colère, orgueil, jalousie, doute… absence de confiance en soi. Nous sommes comme des crocodiles se faisant bronzer au soleil la gueule ouverte. Mais qu’une petite bête passe en notre gueule et nous serrons la mâchoire. C’est pourquoi la véritable confiance en soi ne peut passer par l’égo.

Cultiver la vertu et réaliser le non-égo

Les sages vous proposent de cultiver la vertu à forte dose. Cette pratique délite les mécanismes égotiques. Lorsque le travail aura porté ses fruits, une merveille se présentera à vous : l’expérience de la nature de l’esprit.

Cette expérience est un mode d’être antérieur à l’apparition de l’égo (ou transcendant l’égo). En cet état point d’entité qui puisse affirmer « je manque de confiance moi ». Au contraire, cet état est empli d’humilité, de douceur, de stabilité semblable à l’espace, d’audace, de joie, de vaillance… et de créativité. Mais cet état ne relève pas d’une construction, il nous est « donné » en un profond lâcher prise.

A ce stade le monde est parfait tel qu’il est et chaque situation de votre quotidien devient l’occasion de célébrer la bonté primordiale, la fraternité… La vie devient alors pleine d’un doux et lumineux rayonnement, c’est l’aurore d’un monde sacré ici et maintenant.

Pour aller plus loin sur le sujet voici un excellent livre que j’ai lu une bonne trentaine de fois ! Shambhala, la voie sacrée du guerrier – Shogyam trungpa rinpoché

shambhala

Pour un bref commentaire lire cet article «3 livres des bouddhas qui ont changé ma vie ! » (lire la partie sur le livre Shambhala)

Une transformation radicale !

Lamasherab

Si vous connaissez un peu le monde des maîtres de sagesse himalayens (ou autres), vous aurez remarqué combien ils ont un fort charisme, une forte présence, de l’humour, de la douceur, du rayonnement… Ce sont autant de signes qui manifestent la qualité de leur intériorité. Ce qui m’a le plus marqué chez eux c’est leur grande humilité, une telle humilité ne peut venir que de l’absence d’égo…

En l’absence d’égo il n’y a plus rien à protéger, aucune crainte… et donc une forte vaillance. La victoire est déjà toute acquise,

c’est LA RICHESSE !

Confiance en soi et incompétence

Nous sommes dans une culture où nous évaluons notre « valeur » (notre image de soi) avec la somme des compétences,  savoirs, diplômes, emplois… que nous avons accumulés. Une bien maigre part est laissée aux valeurs humaines, à leurs enseignements et à notre façon de les développer, de les partager.

Qui pourrait prétendre tout connaître ? Tout savoir faire ? Nous sommes donc tous super-incompétents ! Je vous conseille un excellent livre sur le Principe de Peter. Le principe de Peter dit que chaque employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence. Cette tendance a une puissante incidence sur notre manque de confiance en nous.

incompetence

 

Et maintenant ?

Ce bref article introductif met en lumière la nécessité de déliter les mécanismes égotiques pour laisser jaillir votre nature profonde a-centrée et pleine de qualités. Votre challenge consiste donc à découvrir les outils pour faire ce « travail », puis à vous y atteler avec une assiduité sans faille.

Votre nature profonde recèle mille et une merveilles, la question est donc : voulez-vous REELLEMENT jouir d’une douce assurance ?

Pour aller plus loin sur le sujet 

Voici deux articles complémentaires:

Comment aller bien !

Les obstacles sur le chemin du développement personnel

Et vous, dites-moi si vous manquez de confiance en vous.
Comment votre absence de confiance en-vous et votre confiance en vous se manifestent-t-elles ?

 

Comment votre absence de confiance en-vous et votre confiance en vous se manifestent-t-elles ?