Vous vous demandez comment faire avec les personnes qui vous cassent les pieds ? Vous aimeriez pouvoir changer telle ou telle personne insupportable ? Vous ne pouvez garder votre calme face à cette personne abjecte ? Cet article est fait pour vous. Voici

7 clés des bouddhas pour supporter autrui

fleche droite Faire de l’autre votre source d’éveil

fleche droite Développer votre attention

fleche droite Laisser l’autre vous révéler votre karma

fleche droite Prendre en charge la souffrance d’autrui

fleche droite Réaliser la nature de l’égo

fleche droite Célébrer les qualités d’autrui

fleche droite Développer le toucher doux

+ un bonus en fin d’article !

Au terme de l’article vous aurez compris pourquoi les bouddhas diraient non pas « 7 clés des bouddhas pour supporter autrui » mais 7 clés pour aimer autrui.

Les obstacles sont des amis sur le chemin

Supporter autrui sous-entend qu’autrui est un poids pour celui qui doit l’endurer, l’accepter, le tolérer… Je vous propose 7 clés pour faire des enquiquineurs de véritables amis et alliés sur votre chemin. Ces 7 clés partent d’un changement de paradigme : pour votre propre bien il y a bien mieux à faire que de pester contre ceux qui polluent votre quotidien, votre parcours. Oui, vous pouvez leur donner sur le champ un nouveau statut : celui d’ami sur le chemin. Cet angle qui n’est pas sans challenge, demande un peu d’audace et une bonne dose d’humilité. Je vous propose 7 clés pour vous aider à faire d’autrui votre meilleur allié !

fleche droite Faire de l’autre notre source d’éveil

Vos sentiments face aux autres dépendent de la façon dont vous vous positionnez dans la relation, de la façon de considérer l’autre. S’il est celui qui ne doit pas déranger votre petit confort, s’il est celui à qui vous assignez la mission d’être votre béquille proche de la perfection etc… alors l’autre transformera votre vie en nid d’épines.

Mais l’autre est l’occasion PARFAITE pour vous élever au-delà de vos mécanismes habituels d’agacement, colère, tristesse, orgueil… Avec quelques « outils » autrui peut devenir un précieux guide. Le travail commence là où vous êtes, tel que vous êtes, avec votre environnement tel qu’il est c’est-à-dire parfait !

fleche droite Développer l’attention

Lorsque autrui vous dérange, vous chagrine… prenez conscience des moindres sensations et émotions qui s’élèvent en vous. N’ayez pas le nez dans le guidon, observez votre chaos. Cette capacité est un préalable pour ne pas tomber dans les émotions sans vous en rendre compte, elle vous permettra de développer votre discernement et augmentera votre stabilité.

La méditation, sous ses très nombreuses formes, est un excellent moyen pour développer l’attention. La pratique spécifiquement dédiée à l’accroissement de l’attention est Samatha (chiné en tibétain). Elle est généralement unie à Vippassana (lakthong en tibétain) qui est la vision profonde.

Prendre conscience de votre respiration dans chacune de vos actions est un exercice simple et a de grands bienfaits. Combien de fois par jour portez-vous votre attention sur votre respiration ? Elle est un puissant outil pour vous ramener à l’ici et maintenant.

Je vous propose une méditation guidée pour

 fleche droite Autrui : révélateur de votre karma

Rester vigilant sur ce qui vous traverse vous révélera de façon criante vos tendances émotionnelles. Ainsi autrui  vous révèle à vous-même. Vous avez sans doute déjà entendu cette phrase :

Autrui est votre miroir.

Un miroir vous renvoie votre propre reflet, vous informe sur vous-même. Dans le cas d’une personne qui vous dérange que vous renvoie l’autre Il vous montre vos propres tendances et émotions, votre tempérament. C’est en cela qu’il est un miroir, un révélateur.

Mais il ne faut pas se méprendre : si l’autre, indépendamment de vous, commet des actes objectivement négatifs ou se trouve dans les émotions négatives, ceci n’a rien à voir avec vous-même. Ces actes ne sont pas ce que vous renvoie le miroir sur vous-même. Le miroir ne fait que refléter d’une façon neutre les actes et parole d’autrui. En revanche, vos réactions face à cela vous sont toutes personnelles. L’autre génère des circonstances qui éveillent vos tendances, vos émotions… Cela vous met ainsi à nu face à vous-même, vous êtes ausculté au microscope, à la loupe. Autrui est donc un miroir grossissant de vos émotions et conditionnements.

Si l‘oiseau vole trop haut dans le ciel, nous ne pouvons pas voir son ombre au sol. En revanche s’il se rapproche du sol on voit son ombre. De la même façon, autrui vous rapproche du sol. Vous découvrez alors l’ombre de vos tendances et émotions. Les obstacles et ennemis sont donc de précieux guides qui nous révèlent à nous-même.

Le terme karma est souvent pris pour destin tout écrit, fatalité… Il est bien plus juste de le rapprocher du mot « tempérament ». Face à un « individu problématique » nous aurons tous des réactions et émotions différentes. Notre karma n’est pas de rencontrer cette personne, il est plutôt notre façon de vivre la rencontre, la situation.

La saveur des situations dépend UNIQUEMENT de notre tempérament. C’est pourquoi il est dit

Le Bouddha peut plonger en enfer comme le cygne en l’eau glacée !

Pour aller plus loin sur le sujet du karma voir la série d’articles Le KARMA comme jamais expliqué

Dans le processus de génération des émotions c’est précisément le processus de réincarnation qui est en jeu ! Découvrez ma façon inhabituelle de présenter la réincarnation à travers l’article La réincarnation comme jamais expliquée.

fleche droite Prendre en charge la souffrance d’autrui

Vouloir le bonheur et rejeter la souffrance est la tendance habituelle. Cette tendance polarisée vise à protéger l’égo des souffrances et à le combler de joies et de bonheurs. Cette tendance renforce les mécanismes qui nous ramènent à l’égo et entretiennent notre mode d’être dualiste, égotique.

Au XIe siècle, le grand maître bouddhiste indien Atisha Dipamkara Shrijnana proposa la pratique de LODJONG (en tibétain) comportant 7 points pour entraîner l’esprit et contrecarrer les mécanismes intronisant l’égo. Ces 7 points de l’entrainement de l’esprit se déclinent en de nombreux slogans.

La voie de Lodjong est un ensemble très subtil de puissants conseils pour intégrer l’adversité sur la voie. Cette voie est donc recommandée pour les personnes qui rencontrent des problèmes, des maladies, des conflits, des émotions…

Le principe de cette approche vise  prendre sur soi la souffrance d’autrui et à lui donner nos joies et bonheurs ! Ce principe peut surprendre voire rebuter, il n’en reste pas moins un moyen efficace pour « user » les tendances égotiques. La pratique principale de cette voie se nomme TONGLEN (en tibétain) et signifie Prendre et Donner, elle associe les visualisations, la respiration et des intentions.

Le point le plus important de cette pratique est le moment où les souffrances d’autrui sont visualisées comme se fondant en notre égo puis le feu de la sagesse dissout ces souffrances ainsi que la saisie de l’égo. Cette pratique est puissante et nécessite une transmission détaillée par un maître qualifié.

En découvrant cette pratique on débute par prendre en charge nos souffrances passées, présentes et futures et on s’offre notre bonté primordiale, nos joies… Puis on s’entraîne à prendre les souffrances d’autrui (amis, proches…), puis on finit par prendre en charge celles des «ennemis ».

fleche droite Réaliser la nature illusoire de votre égo

C’est la voie la plus radicale !

Sans égo les émotions négatives n’ont aucun terrain sur lequel se développer, aucun terrain qui endurera les émotions négatives. Car il n’y a émotion négative qu’à partir de la naissance de l’égo. L’égo est une bébête qui nait et meurt perpétuellement.

C’est le coeur du premier enseignement du Bouddha après son éveil :

L’existence est souffrance

La souffrance a une cause

Cette cause peut être « traîtée » donc la libération de la souffrance peut être atteinte

Suivons un chemin pour nous en libérer de cette cause.

L’égo est un mensonge

Bien que se manifestant à travers ses nombreux « jeux », l’égo n’en demeure pas moins un mensonge, une illusion. Bien qu’il se manifeste il n’existe pas, bien qu’il n’existe pas il se manifeste. Nous sommes donc sous le jouc d’un imposteur aux grands pouvoirs ! Néanmoins il est possible de s’en affranchir en réalisant sa nature illusoire, en demeurant en la contemplation de sa nature illusoire : c’est un imposteur non-né.

La nature de l’égo est un vaste et profond sujet qui demande beaucoup de discernement et surtout beaucoup d’honnêteté vis-à-vis de soi-même. Il est très facile d’affirmer que l’égo est illusoire. Mais  en faire l’expérience directe, le réaliser, le vivre est une autre paire de manche !! L’un des buts de la spiritualité est précisément de nous conduire à cette expérience de contemplation de la nature illusoire de l’égo, puis à la stabiliser, à la rendre « accessible » dès que nécessaire. Quand le caractère illusoire de l’égo est « intégré » et « contemplé à souhait » on parle de réalisation spirituelle, par opposition à expérience spirituelle qui est temporaire.

A ce stade les émotions peuvent être auto-libérées, pacifiées, dissoutes par la simple contemplation de la nature de l’égo, de la nature des émotions… Un vaste, lumineux et profond programme !

Remarque : expérimenter ou réaliser la nature illusoire de l’égo ce n’est pas nier notre individualité et celle d’autrui. Penser que rien et personne n’existe est l’extrême du nihilisme très préjudiciable et erroné.

Il existe plusieurs façons d’aborder les émotions perturbatrices, je vous en présente 3 dans l’article 3 approches des émotions.

fleche droite Célébrer les qualités d’autrui

Si vous regardez avec douceur et bonté en le cœur d’autrui, fusse-t-il agaçant, vous y trouverez de la bonté, chaque être aspire et a droit au bonheur. Ce droit au bonheur est le signe que notre cœur possède la Bonté Primordiale ; derrière les masques et les carapaces d’écailles la bonté sommeille.

Lorsque les émotions perturbatrices ne jaillissent plus face aux personnes qui déstabilisaient, qui agaçaient… il devient possible de discerner chez ces personnes l’aspect positif de leurs « défauts ». En effet les tendances négatives et les émotions perturbatrices sont des « énergies », des « capacités » qui ont un pendant positif. A chaque émotion perturbatrice correspond une sagesse.  Tout le challenge va consister à « expurger » l’expérience émotionnelle de l’individu de ce grain de sable qu’est l’égo. L’énergie de son émotion perturbatrice devient alors une énergie positive pleine de qualités.

C’est pourquoi un maître ne désespère jamais d’un disciple : à travers ses « défauts »  il voit une énergie vive qui peut être canalisée, utilisée comme carburant sur le chemin spirituel. La pratique des tantras utilise cette savante alchimie.

fleche droite Développez le toucher doux

Soyons brefs et allons droit au but:

Posez votre main sur votre bureau ou sur tout autre objet. Sentez la sensation du contact de la main et de l’objet. Ressentez bien cette sensation.

Où se trouve cette sensation ? Dans l’objet ? Dans la main ? Entre les deux ?

Méditez cela…

[…]

C’est fait ?

La sensation est ELLE-MÊME, elle est dans votre main, la sensation est votre main, la sensation est VOUS, votre esprit et la sensation ne sont pas deux. L’esprit n’est pas que le mental, il est aussi l’ensemble de vos sensations.

Il est donc très important de développer un toucher doux avec l’ensemble de ce que vous touchez et manipulez. Développer un toucher doux c’est prendre soin de vous.

De la même façon, lorsque vous éprouvez et manifestez de l’animosité à l’égard d’autrui c’est EN VOUS que vous développez de l’animosité, vous martyrisez votre corps émotionnel, votre corps subtil. Ceci contribue à endurcir votre corps d’écailles. Chaque obstacle qui réveille en vous des émotions négatives est ainsi une excellente occasion de travailler la douceur, les agaceurs sont donc de bonnes « cloches de vigilance » qui vous rappellent à la pratique de la douceur.

En fonction de votre niveau de pratique, vous pourrez passer de l’émotion à la douceur en plus ou moins de temps. De nombreux outils permettent d’opérer cette transition. « Le toucher intérieur » en est un :

Laissez-vous toucher par vos émotions et allez voir la part écorchée vive et craintive » qui se protège. Ce cœur est empli de bonté et de douceur, laissez-les rayonner au cœur de vos chaos. Laissez jaillir votre bonté primordiale.

En dehors de ces moments de fortes émotions, cultivez secrètement le toucher doux envers tout ce que vous touchez et envers tous ceux que vous côtoyez. N’ayez crainte, n’ayez pas honte, ne soyez pas timide, personne ne sait que vous cultivez secrètement la douceur !  😉 A moins que les signes de votre pratique commencent à transpirer… 😉 Dans ce cas, partagez vos sourires et la beauté de la vie, célébrez la magie de l’instant.

Cultiver le toucher doux tant avec les objets qu’avec autrui est sans doute la clé la plus précieuse.

fleche droite Bonus !

Vous voulez décompresser très vite ? Voici un exercice qui ne prend que 30 secondes : « L’EXPULSION DE SOUFFLES RESIDUELS »

Je vous propose une méditation guidée de 15 minutes qui contient un exercice « d’expulsion des souffles ». Quand vous y serez familier, cet exercice ne vous prendra que 30 secondes.

fleche bas2

Ecoutez la méditation guidée au format mp3

fleche droite Conclusion

La dernière clé « Développer le toucher doux » est peut être la première à développer pour non par supporter autrui mais

Aimer autrui.

 

Je vous laisse à ces dernières paroles et attends avec douceur votre retour d’expérience.

Merci de transformer également vos J’aime en micro-commentaires ci-dessous. 😉

 

Je vous laisse à ces dernières paroles et attends avec douceur votre retour d’expérience.