emotions-galop-comment-mediterQui ne connait pas cette expression « Chassez le naturel, il revient au galop? » Et qui n’en connait pas intimement l’expérience ?

La quête du bonheur est une force intérieure universelle qui rencontre des obstacles tels que les émotions perturbatrices, la lassitude, les angoisses, le burnout, les doutes, le manque d’inspiration, la résignation, le manque de vision… Notre époque est très riche en facteurs environnementaux et sociétaux qui contribuent à nous éloigner du « bonheur idéal ». Les métiers du bien-être explosent, la demande et l’offre n’ont jamais été aussi fortes.

Oui MAIS, nous posons-nous les bonnes questions? Connaissons-nous les différences en voies de bien-être et voies de libération?

Dans les voies du bien-être, il y a un gros Hic !!! La quasi totalité des voies ne prennent pas le taureau par les cornes, elles ne traitent pas le mal par la racine. J’ai le regret de vous informer que la majeure partie des voies de bien-être ne vous mettront pas à l’abri des émotions perturbatrices car elles ne vont pas jusqu’à identifier et « traiter » la source de l’ENSEMBLE des émotions conflictuelles.

pompierSi vous étiez pompier, vers quoi dirigeriez-vous votre lance à incendie : vers les flemmes ou vers leur source ?

jardinier

Si vous souhaitez prendre soin d’une fleur, aménagez-vous de jolis meubles autour ou prenez vous soin de la terre dans laquelle elle est plantée?

Tous les grands sages se sont posés ce type de questions à l’égard du bien-être, du bonheur et de la souffrance. Et ils sont tous arrivés à la même conclusion :

Si nous voulons être heureux il faut traiter la cause des souffrances.

Appliquer des « remèdes » qui ne prennent pas en cause la racine des souffrances cela revient à arroser les flemmes ou décorer nos murs pour faire pousser une plante : nous choisissons la mauvaise voie, c’est peine perdue.

bouddha0

Après qu’il ait réalisé l’éveil, le Bouddha a croisé ses ex-compagnons d’ascèse. Le premier enseignement qu’il leur donna fut précisément sur

la souffrance,

l’origine de la souffrance,

la cessation de la souffrance

et la voie menant à cette cessation.

Puis toute sa vie durant, le Bouddha donna des conseils constituant « la voie et les options » qui mènent à la cessation de la souffrance, la sortie du samsara. Le samsara étant « le cycle des renaissances » en les mécanismes conduisant aux émotions conflictuels.

Pour faire bref : il n’y a pas d’autre alternative:

Pour que les émotions ne reviennent pas au galop, nous devons examiner puis transcender l’égo et ses mécanismes, ses jeux. Ils sont la source et les fruits empoisonnés des trois voiles (les émotions perturbatrices, les conditionnements, le karma). Ces derniers émergeant d’une méprise qui nous conduit à prendre pour réel ce qui n’est qu’illusoire: l’égo!

Cette méprise est appelée « ignorance fondamentale » et constitue le quatrième voile. L’ignorance fondamentale recouvre d’autres aspects que la non-reconnaissance du caractère illusoire (mensonger de l’égo). Mais tel n’est pas l’objet dans cet article.

Expérimenter la dissipation de cette méprise qu’est l’ignorance fondamentale, c’est transcender les mécanismes à la source de l’émergence d’un soi (égo dans le cadre de cet article) et dissiper les mécanismes qui lient au samsara. C’est donc réaliser le Nirvana, l’au-delà de la souffrance.

Comment une souffrance pourrait-elle se développer si elle n’a plus le terrain qu’est l’égo pour se développer et être endurée?

Chaque tradition spirituelle profonde et authentique a sa propre façon d’exprimer cette réalité profonde, ces mécanismes et les moyens de les pacifier, de les transcender.

Puisque la saisie d’un soi et l’ignorance fondamentale sont l’unique source de toutes les émotions conflictuelles, il n’y a pas d’autre voie que la sagesse pour s’en libérer. La sagesse étant la réalisation de notre nature profonde qui transcende la perception d’un soi. La réaliser c’est comme éteindre le feu de l’égo, c’est couper à la racine l’arbre des émotions perturbatrices et laisser fleurir la forêt des émotions participatives telles que l’amour, la compassion, la générosité, l’éthique, la patience… inconditionnelles. Tous ces potentiels, et bien d’autres, demeurent à l’état de potentiel au plus profond de notre coeur.

Comment s’y prendre pour méditer ?

Si nous voulons nous libérer des émotions perturbatrices, il convient donc de suivre des voies qui nous permettront de réaliser la nature illusoire de l’égo. Et pour ça, l’intellect et un bref article ne suffisent pas. Toute approche vous laissant croire que le projet est facile est une supercherie, une escroquerie. Et vous le savez bien! Si cela était si facile, pourquoi les grands sages n’auraient-ils pas éveillé tous les êtres sur Terre? Si cela était si facile, pourquoi notre monde en serait-il encore plein de maux?

Non, le cheminement n’est pas aisé, mais parce que les mécanismes de genèse des émotions ne sont que des produits de l’esprit, il est possible de les pacifier et de les transcender. C’est précisément le projet de l’ensemble des grandes spiritualités.

Parmi les voies possibles, il y a celle de la voie himalayenne appelée Mahamoudra (le Grand Sceau). Le terme Mahamoudra ayant trois aspects:

– la base qui permet cette réalisation

– le chemin qui permet d’y accéder

– et le fruit lui-même: l’expérimentation de notre nature profonde

La voie du Mahamoudra convient parfaitement aux occidentaux au discernement aiguisé et ne souhaitant pas s’engager dans des voies spirituelles ayant des apparences trop religieuses. La voie du Mahamoudra cultive le calme mental, base indispensable pour aborder des pratiques de discernement profond. La voie du Mahamoudra aborde ensuite la Vision profonde qui permet de transcender la saisie d’un soi, de pacifier les émotions à la racine, voire d’auto-libérer les émotions. Ceci rejoint l’idée de Nirvana… de façon concrète.

A partir de là, l’ensemble des situations du quotidien, tel qu’il est, constituent le terrain parfait pour développer notre sagesse, notre amour et notre compassion. Car au cœur du chaos demeure toujours une zone de pure sécurité : notre bonté fondamentale, pur espace intérieur vierge et ouvert à l’autre, au-delà de la saisie du soi. Mais encore faut-il avoir l’habileté pour nous y reconnecter. La forces des 4 voiles évoqués plus haut sont les principaux obstacles.

Étude, réflexion et méditation conjointes

Si vous souhaitez cheminer sur ce type de voie, quelle que soit votre tradition spirituelle, je vous propose de découvrir le programme Touchez le Bouddha.

En s’appuyant sur des enseignements traditionnels issus des sages himalayens, ce programme vous met le pied à l’étrier sur le long terme. En vous faisant aborder progressivement la voie du Mahamoudra, il vous permet d’étudier, de méditer et de réaliser pourquoi le naturel revenait au galop ! Mais il vous permettra surtout de dissiper les facteurs sous-tendent la genèse des émotions.

3 fleches

touchez-le-bouddha-titreDécouvrir le programme