Aimeriez-vous avoir l’esprit plus alerte et éviter les coups de barre pendant vos méditations ?

Vous est-il arrivé de vous trouver fatigué(e) après un repas ? Vous arrive-il d’avoir envie de dormir en milieu de journée ?

Depuis quelques temps je m’intéresse à la nutrition et j’ai fait quelques trouvailles. Certains d’entre vous sont déjà bien au fait de ce qui suit mais beaucoup ne le sont pas. Il se pourrait même que ceux qui le savent n’en tiennent pas compte. C’est toute la différence entre apprentissages et savoirs. Oui, avoir appris quelque chose signifie l’avoir intégré véritablement dans nos habitudes. Sinon, cela n’est que connaissance intellectuelle stérile.

Une amie m’a convié à une conférence d’un nutrithérapeute et celui-ci a créé plusieurs déclics : si j’ai pris soin de mon intériorité avec un long parcours en méditation, je porte trop peu d’intérêt à mes habitudes alimentaires ! Sous prétexte que je suis en « bonne » santé intérieure et physique, c’est-à-dire avec un esprit paisible et une santé « normale », je ne me posais aucune question sur mes habitudes alimentaires et trouvais normal une série de petits détails qui pourraient être absents de ma vie. Avec le recul, j’en arrive à la conclusion que mes 5 années de longue retraite auraient pu être encore plus magiques si j’avais intégrer les habitudes alimentaires dans les facteurs clés !

Pourquoi aborder ce sujet avec vous ? Parce que notre capacité à méditer « efficacement » et longuement, à avoir l’esprit alerte et clair, à avoir une présence stable et vaste… peut être augmenter de façon très significative avec des choses simples et concrètes.

Cet article initie un nouvel axe du blog Santé Optimale.

En France le terme santé n’est pas à utiliser à la légère… A travers des articles de sensibilisation, mon but est de donner quelques pistes pour optimiser notre cheminement en méditation et pour identifier des facteurs clés conditionnant notre santé(1). Au fil des ateliers que j’anime et sur ce blog, j’ai constaté que la bonne volonté ne suffit pas pour cheminer en spiritualité. Le corps a ses lois qu’ils nous impose et la santé physique est un facteur clé qui a de nombreuses incidence a sur notre capacité à méditer, sur notre capacité à digérer les émotions, sur notre souplesse intérieure… Et j’en suis arriver à la conclusion que, pour certaines personnes, un sérieux travail de « remise en forme » est indispensable pour envisager un cheminement spirituel.

En effet ne vous est-il pas arrivé de vous sentir trop fatigué pour méditer ? Trop fatigué pour aller au yoga ? Trop fatigué pour écouter les sessions d’Arnaud ? Tout cela est le signe d’un manque de vitalité, d’une fatigue chronique. L’objectif de ce nouvel axe Santé Optimale est de vous donner des pistes, des outils…

Les coups de barre

Connaissez-vous des « coups de barre » pendant les séances de méditation et/ou durant vos journées. J’ai connu cela ! Mais désormais ces moments sont extrêmement rares. Dans le prochain article je vous dirai quand ils se manifestent chez moi.

Le phénomène est complexe mais plusieurs facteurs peuvent être en jeu :

–          L’effort psychique inhabituel que vous fournissez pour méditer

–          Le moment de la digestion et votre alimentation

–          Les cycles hyper/hypo glycémie

 

L’effort psychique

Lorsque la pratique de la méditation est une activité relativement nouvelle pour vous, votre système cérébral met en jeu des zones qu’il a peu l’habitude de stimuler longuement habituellement. C’est pourquoi dans un premier temps vos sessions de méditation ne devront pas être trop longues. J’entends par là les moments où votre attention soutenue est mobilisée. Les moments d’attention devront être entrecoupés de pauses.

Mais cela ne signifie pas qu’une session de médiation ne peut pas être longue, sa structure devra être variées, rythmée…

Un guide en méditation pourra vous faire méditer longuement s’il sait comment structurer la session. C’est ainsi que je « malmène » les débutant qui assistent à mes ateliers… Ils se demandent souvent comment ils vont bien pouvoir rester à méditer pendant deux heures, mais une fois la séance finie, ils sont surpris d’avoir pu rester attentifs.

Voici 7 clés pour vous aider à minimiser les coups de barre.

Clé #1  DOUCEUR

Soyez doux avec vous-même. La méditation est un temps de « soin », de bonté à votre égard. Ce n’est pas un moment de torture ou de challenge. Installez-vous confortablement pour ce moment de bonté fondamentale à votre égard.

Clé #2 NO CHALLENGE

Installez-vous en méditation sans notion d’efficacité, d’attente, de résultat à obtenir, et même de bonne ou mauvaise méditation. Le seul critère doit être l’application déployée pour respecter les instructions de méditation qui vous sont donnés. Que vous réussissiez ou pas n’est pas un critère valide. Viendra le temps où vous réussirez sans le vouloir…

Clé #3 QUELQUES MINUTES

Méditez par séquences de quelques minutes dans un premier temps. Faites de courtes pauses de 30 secondes à une minute entre chaque séquence. Mais à ce moment-là, ne partez pas trop « loin » dans vos réflexions : restez TEL QUE, sans instruction de méditation.

Méditer de trop petites sessions ne permet pas de « muscler » votre attention et votre vigilance. A vous de trouver VOTRE juste milieu.

Clé # 4 RELACHER LES TENSIONS

Durant les pauses, bougez légèrement votre corps en particulier pour défaire les tensions du dos. Baillez, soufflez… et souriez,  vous êtes filmé(e)!

Clé #5 RESPIREZ COMPLETEMENT

Pratiquez la respiration abdominale complète, cela aura pour effet d’éliminer les toxines qui s’accumulent dans les poumons et augmentera l’oxygénation donc la clarté d’esprit, la présence. Respirer par le nez permet un débit d’air adapté vos poumons. Respirer par le bouche peut donner un trop fort débit. Respirer par le nez permet de mettre l’air à la température du corps avant qu’il ne remplisse les poumons.

Clé #6 GRATITUDE

Remerciez vos poumons qui permettent à l’oxygène d’aller dans chacune de vos cellules. Visualisez vos cellules réjouies, en santé et lumineuses… Elles sont vivantes !

Clé #7 PRENEZ SOIN DE VOUS !

Prenez conscience que votre corps est un fabuleux et complexe véhicule fragile. Il vous rend service depuis tant d’années ! Remerciez-le en prenant soin de lui, en prenant soin de vous !

Pour accompagner notre corps, et en particulier notre système cérébral dans les « mutations » que lui demande notre pratique de la méditation plusieurs moyens sont à notre disposition. Le but de ce nouvel axe du blog est précisément de vous les transmettre peu à peu.

En mettant en oeuvre de ces différents conseils, vous constaterez une augmentation naturelle de votre capacité de concentration, de votre clarté d’esprit… Elles seront plus fortes sans effort. Le titre initiale « faciliter l’effort psychique » pourrait donc devenir : comment avoir une forte attention sans tension. Ceci nous amène à la notion d’A-tension… de non-tension…

L’espace a-t-il besoin de fourni un effort pour tout accueillir ?   😉

Dans un prochain article nous aborderons des clés concernant la position, votre environnement ainsi que l’importance de la digestion et de votre alimentation.

Et vous, qu’aimeriez-vous nous conseiller pour éviter les coups de barre ?

(1)    Il ne s’agit pas de me substituer à votre médecin et tout ce qui pourra y être dit concernant la santé, la psychologie et les sciences cognitives sont transmises à des fins éducatives. Je ne suis pas un professionnel de la santé et encore moins médecin. Si des actions particulières sont mentionnées, elles le sont uniquement à des fins d’illustration et d’éducation. Je ne prescris aucun des articles, aucun concept ni aucune technique à titre de quelconque traitement pour quelque maladie ou infirmité que ce soit. Il n’est pas dans mon intention de poser de diagnostic ou d’établir de prescription. Mon est d’offrir de l’information au sujet de la santé , de la santé mentale afin de vous assister dans le choix d’un spécialiste de la santé, sachant que dans le domaine de la santé, de la médecine, de la nutrition, et des exercices physiques, les avis et opinions divergent grandement. Avant d’entreprendre toute action liée à la santé, à un régime ou à des exercices physiques, il est fortement recommandé de demander au préalable l’avis d’un médecin certifié. Si vous décidez d’utiliser l’information reprise dans les articles sans d’abord consulter un professionnel de la santé, vous vous feriez une prescription à vous-même, ce qui est votre droit, toutefois, je ne serais tenu responsable du choix que vous faites. Je ne suis pas non plus responsables de ce que vous ferez après la lecture ou l’écoute des contenus proposés, ni après avoir consulté un professionnel de la médecine.