Je vais vous faire part de trois expériences gastronomiques qui ont ponctué mon chemin. Elles concernent toutes les trois le Bhoutan, ce magnifique royaume paisible himalayen. Voici donc le menu :
– soupe piment au petit déjeuner
– les momos
– et l’alcool de riz au Yarsagumba cet animal mi-animal mi-végétal appelé le viagra himalayen

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs « Voyager blogs » organisé par le blog Lecoindesvoyageurs.fr . Cette édition porte sur le thème « 3 expériences gastronomiques surprenantes en voyage ». Après avoir lu mon article 😉 faites un saut sur la page de l’évènement, une foule de surprises gastronomiques originales vous attend. A voir sur le blog Lecoindesvoyageurs.fr. Une fois là-bas, vous trouverez la liste des articles en bas de page.

Tout d’abord quelques photos pour vous faire rêver sur le Bhoutan.

Ema Datsi : la soupe de piments même au petit déjeuner !

Photo : Riverbank & Badger

 

L’éma dasti est le plat national bhoutanais. Si les bébés occidentaux sont élevés au lait, les bébés bhoutanais quant à eux sont élevés au piment ! Un bhoutanais ne mangeant pas de piment à chaque repas n’est pas un vrai bhoutanais. La soupe de piments est au bhoutanais ce que la baguette est au français. Mes maîtres sont bhoutanais et j’ai bien vite découvert l’ema datsi en faisant leur connaissance. La soupe de piment est sans doute la première forme d’initiation qu’ils donnent ! Cette soupe très épaisse contenant oignons, fromage et piments accompagnent les légumes, le riz, la viande… Goûtez ce plat et vous découvrirez vos tendances profondes : quelle est votre façon de réagir à un plat hyper pimenté ? Vous rigolez ? Vous vous énervez ? … Il est vrai que ce plat hyper relevé masque certaines saveurs, mais son effet n’est pas inintéressant: il y a une première phase ou la bouche prend feu puis les larmes viennent aux yeux, les joues se mettent à chauffer, puis le nez se met à couler. Ensuite, si vous passez cette première épreuve du feu, vous vous mettez à transpirer et vous vous sentez bien. Du feu vous passez à une forme de félicité et vous vous mouchez, vous vous mouchez et vous vous mouchez encore et encore… C’est bon… la chaleur envahit votre corps et elle produit une forme de félicité corporelle qui induit une félicité psychique… vous êtes en joie… et vous en reprenez…

 

 

Ingrédients : – 8 piments verts (on en trouve maintenant dans tous les hypermarchés) – 1 oignon – 1 fromage – de l’ail – du gros sel

 

– 1 yaourt (pas indispensable mais conseillé) – des mouchoirs ! 😉

 

Traditionnellement, on utilise du fromage de yack, mais il est difficile d’en trouver en France si vous n’avez pas d’amis bhoutanais ou tibétains. Mais tentez votre chance dans les restaurants tibétains, peu nombreux en province, vous en trouverez de nombreux sur Paris.

 

– Coupez les piments en deux en conservant leur longueur. Enlevez une large partie des petites graines blanches ; la force de la soupe viendra principalement d’elles. Après expérimentation de quelques soupes, vous trouverez la quantité de graines qui vous convient. Pour un premier essai enlevez les 4/5 des graines. Si le plat au final est trop relevé, il y a deux astuces. Nous les verrons plus loin. Puis coupez chaque morceau de piment en trois pour en réduire la longueur. La taille des morceaux n’est pas très importante, mais mieux vaut éviter les morceaux trop longs.

– Emincez l’oignon. – Mettez piments et oignon émincé dans une casserole et recouvrez d’eau froide, l’eau recouvrant tout juste le tout. Là aussi, après quelques essais, vous choisirez de faire une soupe plus ou moins liquide en fonction de vos goûts. Une soupe assez liquide vous permettra de boire plus d’eau et de transpirer plus ! 😉 Certains fromages viendront épaissir la soupe.

Salez au gros selPorter à ébullition – Après 20 minutes d’ébullition, ajouter 5 gousses d’ail et 3 tomates coupées en 8. Vous pouvez également poivrer, mais le piment jouera déjà son rôle…

– Après 10 minutes coupez le feu et ajoutez le fromage de yack ou votre fromage préféré (Epoisse, vacherin, Munster, Vache qui rit, chèvre…) Le fromage est plus goûteux dans une soupe où vous n’aurez pas mis trop d’eau. Avant de mettre le fromage à fondre dans le soupe, vous pouvez enlever un peu d’eau si vous le jugez nécessaire.

Attention : un autre type de cuisson beaucoup plus courte est possible : 2 minutes + 2 minutes. Personnellement je préfère le temps de cuisson plus long. –  Laissez fondre le fromage puis servez. – Mangez le soupe telle que ou utilisez-la pour humidifier du riz ou comme accompagnement d’une viande ou de légumes (pommes de terre à l’eau, haricots…) Régalez-vous et n’oubliez pas de rester Zen si ça chauffe !

 

Quant à la force du plat Si votre plat vous semble trop pimenté, ajoutez du sel fin dans votre assiette. Le sel atténue la force du piment. Vous pouvez aussi préparer une potion magique antidote au piment : mixez un yaourt dans ½ litre d’eau. L’eau seule n’a que peu d’effet sur le piment en bouche. Du yaourt sans eau fait l’affaire aussi. Le yaourt est un bon coupe-feu.

Le fun bhoutanais

Voici une vidéo d’un chef cuisinier fun bhoutanais ! Bon, ne vous attendez pas à une démonstration couteau à la main mais plutôt une démonstration de l’humour bhoutanais. Vous pouvez zapper les 35 premières secondes.


Les momos

 

 

Les momos sont de gros raviolis fourrés aux légumes ou à la viande. Ils peuvent être fourrés aux légumes, à la viande, au fromage. Laissez parler vos goûts et votre créativité. Au fil de mes nombreux voyages dans les colonies tibétaines en Inde et au Bhoutan, j’en ai mangé des kilos sans jamais me lasser ! Les momos peuvent être cuits à la vapeur ou frits. Le plus souvent ils sont cuits à la vapeur, c’est comme ça que je les préfère car ils fondent en bouche. Je vous laisse découvrir cette vidéo qui vous explique la recette. Bien qu’elle soit en anglais, les images parlent d’elles-mêmes. Voici une bonne recette sur Marmiton : voir la recette sur Marmiton

 

Voir la vidéo sur Youtube

 

Pour voir le geste de confection du momo regardez cette vidéo à 6 minutes : façonnage des momos

Une vidéo bien sympa d’un bhoutanais typiquement bhoutanais : fun !

Le viagra himalayen : le yarsagumbu

Viagra himalayen: le yarsagumbu

(voir la source photo)

 

Le yarsagumbu est la fusion d’une chenille et d’un champignon parasite qui momifie la chenille. Cette drôle de bête semble dotée de nombreuses vertus médicinales et est vendue comme étant le viagra himalayen. Les scientifiques se penchent sur ses effets sur l’organisme. Lors de mon séjour au Bhoutan en juillet 2009 j’ai eu la surprise de goûter un alcool de riz dans lequel ces bestioles avaient été mises à macérer. Le yarsagumbu peut être également « pris » en infusion. C’est un élément utilisé par la médecine chinoise. Récolté au printemps sur les pentes du Dolpo entre le Tibet et le Népal, il est vendu à prix d’or à Hong-Kong. À plus de 4000 mètres d’altitude, il apparaît comme une tige ne dépassant pas la pelouse : cette partie aérienne est une métamorphose de la tête d’une chenille vivant dans le sol et morte à la suite de la diffusion dans son corps d’un champignon parasite, l’Ophiocordyceps sinensis.

Voici un petit reportage de 6 minutes sur cette drôle de bête.

Fusion d’une chenille momifiée et un champignon parasite.

Pour voir la fusion de la chenille et du champignon : 3’15’’ Voir la vidéo sur youtube