A propos d’Arnaud Guétcheu

Mandala de sable réalisé avec Lama Wangdrak en avril 2012 (Maule-78)

Ce que vous découvrirez sur cette page :

Perspectives du blog

Ecrivons ensemble…

Mon parcours

Enseignements et partages

Pourquoi Arnaud Guétcheu ?

Lama ou Neljorpa ?

De l’utilité des titres et des habits

Liens affiliés

 

Perspectives du blog

Bien que ce blog soit principalement dédié au bouddhisme tibétain, je le conçois comme un moyen de véhiculer ce qui est AU-DELA de la forme religieuse. Si on étudie bien le bouddhisme, on prend conscience que cette science de l’esprit est avant tout un ensemble de réflexions et d’outils de bons sens et efficients. Mon défi sera donc de montrer qu’il est nécessaire de ne pas nous arrêter aux apparences et d’aller chercher dans cette tradition tous les outils qui nous seront bénéfiques.

Le mot bouddhisme est occidental, ce n’est pas un mot issu de la tradition du bouddha. En tibétain on emploie le terme « Nangpa » qui signifie « celui qui pratique l’intériorité ». Le « bouddhisme » est donc une science de l’esprit qui étudie nos mécanismes intérieurs et plus particulièrement ceux qui nous conduisent à la souffrance et ceux qui nous en libèrent. C’est une science qui étudient certains phénomènes psychiques et donne des clés, des outils, pour nous libérer de la souffrance et accroître nos potentiels.

C’est pourquoi, il convient d ‘étudier le sens qui est derrière la forme religieuse. Je ne suis pas un croyant mais un pragmatique plutôt scientifique dans ma façon de concevoir la démarche spirituelle. Le Bouddha lui-même était pragmatique. Sa quête et ses méditations finales furent pragmatiques, concrètes… aux antipodes des superstitions ! tout son enseignement s’est appuyé sur l’analyse, la contemplation, le raisonnement. Il a encouragé ses disciples à réfléchir, à méditer, à expérimenter, à vérifier par eux-mêmes la véracité de ses propos.

Si nous voulons mettre au panier tous les outils que nous proposent les religions, nous ferions mieux tout d’abord d’en étudier le sens et les fins. Sans quoi notre rejet reviendrait à mettre des diamants à la poubelle ! Moi qui rejetais toute forme de religion avant de découvrir la sagesse du bouddhisme, je suis souvent triste de voir des êtres délaisser toute la pertinence et l’efficience de ces belles sciences de l’esprit. C’est pourquoi le message le plus important de cette page est le suivant :

Etudiez et pratiquez cette belle science de l’esprit, vous en récolterez les fruits.

Tous les gagnants ont tenté leur chance ! Mieux encore : tous ceux qui tentent leur chance en tirent de grandes bénéfices si leur pratique est structurée, réfléchie, assidue…

Ecrivons ensemble…

L’histoire de ce blog s’écrira avec vous, pour vous. Il part avec l’idée de publier des réflexions fondamentales, des méditations, des outils…enracinés en le bouddhisme. Mais il sera aussi un apport en outils de développement personnel. En effet, j’ai constaté que sur le chemin spirituel il fallait parfois trouver des moyens pour dépasser certains obstacles. Les outils contemporains du développement personnel peuvent aider à cela. Ils auront pour but de nous aider à « optimiser » toutes les facettes de notre vie pour en faire une vie magnifique !

Toutes les facettes de notre vie, toutes les sphères d’activité qui sont les nôtres sont parfaites pour pratiquer. Elles sont toutes à honorer, elles sont toutes à déguster! Elles sont toutes des challenges qui nous poussent à grandir. Trop souvent la spiritualité est considérée comme une voie qui coupe du monde, cette vue est erronée! Mais elle provient du fait que nombreux sont ceux qui sépare la spiritualité du quotidien ordinaire. L’arrivée du bouddhisme en occident, bien que souvent fortement teinté de culture himalayenne, n’est pas sans poser question: doit-on aller vers un bouddhisme d’Occident! cette question est lancée. Elle appelle une autre question: peut-on se passer de l’étude des symboles pour en dépasser la forme culturelle? Le contenu de ce blog vous fera passer peu à peu des symboles à leur sens… puis à leur manifestation dans votre vécu, dans votre chaire… dans votre coeur…

J’ai à coeur de vous proposer des contenus concrets, faisant sans cesse l’aller-retour entre les écrits, les outils et votre quotidien. C’est pourquoi, une fois de plus, vos commentaires sont très importants.

S’il y a de nombreux sites qui abordent les enseignements du Bouddha de façon théorique, dense et profonde, sur ce blog je mettrai l’accent sur la pratique. L’étude et la réflexion auront pour visée de donner du sens à la pratique et ne seront pas considérées comme des fins en soi. L’essentiel sur le chemin est la pratique et son efficience. Cette approche est caractéristique le l’école Kagyu du bouddhisme tibétain. Toute forme de saisie quant à la forme de l’enseignement est un danger, un matérialisme spirituel truffé de nombreux obstacles. Il convient donc de passer au-delà de la forme culturel de l’enseignement et d’en dégager le sens. Le challenge est donc de transmettre une sagesse non dénaturée, à travers des formes contemporaines d’enseignement. Les chinois ont mis 4 siècles !

Mon parcours

Deux longues retraites

(Mis à jour le 9 septembre 2012)

Passionné de bouddhisme depuis 1991 je me suis offert cinq belles années de retraites dont la retraite traditionnelle de 3 ans et 3 mois au coeur de la lignée Shangpa (Temple des Mille Bouddhas – Bourgogne). Pour réaliser cette longue retraire de 3 ans et 3mois je me suis rendu auprès de Bokar Rinpoché, l’un des détenteurs et régent de la lignée Shangpa à ce moment-là. De fait, ma « filiation spirituelle » passe donc par le précédent Kalou rinpoché puis Bokar Rinpoché. Pour en savoir plus sur cette belle retraite de 3 an, je vous invite à faire un saut PAR ICI.

Néanmoins, j’ai accompli ces deux longues retraites (1 an: 2000/2001 et 4 ans 2003/2007) sous la bienveillante guidance spirituelle du Vénérable Lama Tenpa. Si c’est Bokar Rinpoché qui a planté les graines en moi grâce aux initiations shangpa, c’est le Vénérable Lama Tenpa qui a préparé le terrain intérieur, arrosé ma persévérance, désherbé le champs de mes vues erronées, fait rayonner le soleil de sa patience, apporté l’eau des moyens habiles grâce à ses 4 types d’activités et préservé une température adaptée avec sa motivation aimante.

Ces deux longues retraites placées sous sa direction spirituelle furent les plus beaux cadeaux que j’ai pu m’offrir, jamais je ne pourrai le remercier à la hauteur de ce que j’estime avoir reçu. Ces cinq années de retraite furent un investissement en temps et en énergie aux bénéfices qui ont bien dépassé mes attentes et surpris mon entendement.

Ces vingt années années auprès du Vénérable Lama Tenpa et du Vénérable Lama Shérab m’ont appris que la sainteté et la perfection sont deux choses différentes: en attendant de mes maîtres qu’ils me guident et non pas qu’ils soient parfaits, les chemins qu’ils m’ont offerts furent constructifs et sans source de désillusions. Mon lama et maître de retraite, le Vénérable Lama Tenpa, m’ayant toujours dit qu’il n’était pas bouddha, je ne me suis jamais attaché à voir la perfection en lui mais à écouter et suivre ses conseils personnels. L’affection et l’amour que je lui porte ne sauraient se mesurer à son niveau perfection, mais à la bonté qu’il m’a donné et aux fruits de ses enseignements en mon esprit. Ainsi, tel un fils qui ne dénigrerait jamais sa mère, j’ai une dévotion et une affection incommensurables pour lui, une profonde amitié inconditionnelle.

Mon amitié à l’égard de ceux qui m’ont guidé et me guident est sans égale tant leurs conseils et soutiens furent fructueux. Ils m’ont transmis la sève des enseignements Shangpa et des pratiques d’autres écoles. Mais ce qu’ils m’ont transmis c’est, avant tout, une façon vivante de pratiquer et d’intégrer le dharma au quotidien. Le chemin est long mais les fruits infusent peu à peu la saveur de tout ce qui nous arrive, transformant ainsi les obstacles en sources de bénédictions.

Et après?

Après avoir réalisé ces deux longues retraites (un an et quatre ans) se posait la question: que vais-je faire maintenant? Je pouvais opter pour une vie plutôt « monastique » rattachée à une communauté spirituelle, un centre de pratique etc… J’ai décidé d’avoir un mode de vie « normal » enraciné dans le monde. Et j’ai repris mon activité professionnelle antérieure d’enseignant. C’est une activité parfaite pour sans cesse faire le point sur les fruits de ma pratique, sur mes capacités et sur le chemin qu’il reste à parcourir pour déployer les « 4 activités ». C’est un terrain parfait pour polir mes imperfections, « bonifier mon humanité » en pratiquant la vertu, la patience (pas toujours facile 😉 ), la générosité. C’est aussi parfait pour ne pas perdre pied avec le monde « normal » et donc être à même de partager des expériences enracinées dans le monde, au service du monde tel qu’il est. Et c’est loin d’être facile !

C’est aussi un mode de vie qui permet de comprendre que notre monde est parfait pour cheminer spirituellement: ses qualités et ses faiblesses font de notre monde le lieu parfait où pratiquer l’amour et la compassion, mais aussi la générosité, l’éthique, la patience, la diligence, l’enthousiasme et la contemplation! Notre monde tel qu’il est permet de pratiquer toutes les vertus transcendantes préconisées par le Bouddha. De plus, en France nous avons toutes les libertés et acquisitions nécessaires au cheminement spirituel: liberté spirituelle, accès aux enseignements de maîtres, disponibilité et moyens pour y accéder, temps pour pratiquer (ne cherchez pas d’excuses! ;)) etc…

Bref! Nous sommes fortunés de tout cela! Nous pouvons faire de notre existence humaine une précieuse existence.

Enseignements et partages

J’enseigne un peu la méditation et ai trouvé un bon équilibre entre une vie « normale » et le partage de cette passion. Ce blog est un outil moderne qui joint l’utile à l’agréable. Je fais entièrement confiance en la vie pour qu’elle manifeste ce que les amis lecteurs attendront de moi. Vos commentaires sont ainsi très importants! Bien que timides en ce tout début de lancement du blog, ils sont déjà une vrai mine d’idées pour mes futurs articles. Je vous encourage donc à laisser des commentaires, ils sont utiles à tous ceux qui les lisent et à ceux qui lisent mes réponses ou les articles-réponse. Les commentaires me permettent de publier des articles qui répondent à vos attentes. Je ne peux répondre directement à tous, mais vos commentaires reflètent les besoins. Vos commentaire sont très précieux.

C’est avec une grande joie que je m’évertue de partager mon expérience de cette belle tradition himalayenne du Bouddha. Merci de me permettre cette opportunité.

Pourquoi Arnaud Guétcheu ?

Mon nom Guétcheu vient de mon nom de refuge tibétain qui est Karma Guélek TcheuPel. Il est d’usage d’utiliser une abréviation du nom complet.

Le sens de ce nom:

Karma désigne l’école Kagyu du bouddhisme himalayen en laquelle j’ai pris refuge (une forme de « baptême »), sa Sainteté Karmapa est le maître de cette lignée. Cette lignée met l’accent sur la méditation et la transmission orale de maître à disciple. Cette école passe par le célèbre anachorète tibétain Milarépa.

Gué vient de vertu

Lek: excellente

Tcheu: les enseignements du Bouddha

Pel: accroître

L’une des traductions possibles est donc

« L’excellente vertu de développer les enseignements du Bouddha »… tout un programme… un challenge permanent qui nous invite à dépasser nos petites limitations…

Lama ou Neljorpa ?

Le précédent Kalou rinpoché a dit que le terme lama doit être réservé aux personnes qui ont réalisé la traditionnelle retraite méditative de 3 ans et 3 mois ET qui transmettent le dharma (l’enseignement du Bouddha).

Puisque je remplis ces deux conditions je pourrais utiliser ce terme. Je le fais parfois. Toutefois, je vais désormais l’associer au terme Neljorpa. Parfois j’utiliserai le terme Neljorpa seul. Ce terme désigne les pratiquants laïcs non ordonnés. Littéralement ce terme signifie « celui qui demeure en la nature de l’esprit ». Ca fait rêver!

Voici en vidéo pourquoi je porte l’habit rouge et blanc lorsque j’enseigne la méditation ou lors de conférences.

De l’utilité des titres et des habits

Pourquoi utiliser des « titres »?

Je n’ai aucune saisie sur les titres et qualificatifs, toutefois ils ont leur importance qu’il ne faudrait pas négliger. Nos relations avec autrui sont conditionnées par l’image que l’on a d’autrui, par le cadre de la rencontre etc… Ainsi j’ai remarqué que certaines personnes portent une importance aux titres ou à l’habit. Ce qui suit n’a aucun rapport avec ma personne.

Certaines personnes manifestent du respect pour le Bouddha, sa tradition et pour l’ensemble des maîtres de cette belle tradition. Ces personnes, lorsqu’elles rencontrent quelqu’un en habit ou portant un titre, sont naturellement emplies de dévotion. Cette dévotion (respect) n’est pas en direction de la personne portant l’habit ou le titre, non, cette dévotion est en direction du Bouddha et de sa tradition. Je dirais même qu’elle est en direction de la vertu elle-même.

C’est pourquoi le port de l’habit et l’usage des titres permet de « situer » le cadre de la rencontre entre les individus. Ce sont donc des moyens habiles pour générer un mandala de vertu qui donne un caractère « sacré » à la rencontre. Imaginons que vous vous promeniez dans le XIIIe arrondissement de Paris. Vous croisez alors de très nombreux asiatiques. Puis soudainement au détour d’une rue vous croisez une personne en habits religieux. Votre esprit va alors immédiatement avoir des « considérations spirituelles », vertueuses etc… en fonction de votre tempérament, de votre culture etc… Plus vous serez versé dans une spiritualité plus l’habit sera chargé de sens. L’habit sera comme la madeleine de Proust qui réveillera instantanément certaines pensées positives. Il en est de même pour les titres.

Il me semble donc important d’utiliser l’habit et les titres pour ces raisons là.

Habit de Neljorpa

De là, nous pouvons aussi dire que l’habit et les titres permettent de placer la rencontre sur un plan spirituel. C’est donner la possibilité à la rencontre de prendre toute sa densité. Si dans le métro je porte un jean ou l’habit les sujets de discussions sont très différents! Si je fais une conférence en habit, en costume ou en jean, en début d’intervention l’écoute n’est n’est pas la même. Ensuite, puisque l’habit ne fait pas le moine, le sens des propos prend le dessus. Mais l’habit joue un rôle dans « l’entrée en matière », dans l’entrée en relation. Cela nous ramène à l’histoire de la dent du Bouddha où une femme, emplie de dévotion pour le Bouddha qu’elle n’avait jamais vu, a atteint l’éveil en voyant la dent du Bouddha. Mais, en fait, cette dent n’était que la dent d’un chien !

La vision pure est avant tout l’affaire de celui qui la manifeste. L’histoire de la dent du Bouddha est claire à ce sujet. Il est un dicton tibétain qui dit:

Regarde cet homme. Regarde-le comme un chien et reçois les bénédictions d’un chien. Regarde-le comme un ami et reçoit les bénédictions d’un ami. Regarde-le comme un maître et reçois les bénédictions d’un maître. Regarde-le comme un bouddha et reçoit les bénédiction d’un bouddha.

Porter l’habit c’est donc pour moi donner l’opportunité aux autres de manifester leur vision pure, quelques fussent mes qualités. Honorer l’habit en ayant une vie saine et éthique est une autre affaire, je m’y essaie du mieux possible. Saisissant l’altruiste opportunité de distiller ce que j’ai à coeur de partager, je laisse au loin les critiques de personnes qui jugent ceux qui portent l’habit.

Nous reviendrons sur la question de l’habit lorsque nous aborderons comment « invoquer la magie » dans le livre Shambhala – La voie sacrée du guerrier de Chögyam Trungpa (ci-dessous). C’est un livre que je trouve exceptionnel et que j’aborderai sur ce blog au fil du défi 6 livres pour méditer avec les bouddhas.

Liens affiliés

Vous trouverez régulièrement des liens vers des livres sur Amazon par exemple. Ces liens sont affiliés et me permettent de contribuer à l’activité altruiste de l’association L’Ecole des Soleils dont je suis le président. Pour plus d’informations sur les liens affiliés, cliquez ICI : Quant aux liens affiliés

Accéder au site de L’ECOLE DES SOLEILS

Contribution aux réseaux des blogueurs

Je participe régulièrement à des évènements inter-blogueurs qui permettent de partager de nombreux contenus de valeur édités par des passionnés du développement personnel, en particulier via le site http://developpementpersonnel.org/.

Je vous encourage à être curieux et à chercher sur internet du contenu de valeur qui pourra vous être bénéfique. Cependant, veillez à conserver votre discernement, votre esprit critique et à choisir les sites qui vous semblent éthiques.

 

Puisse l’activité de mes maîtres être bénéfique au plus grand nombre.

Puisse la vie des maîtres être longue et leur activité continuer à faire fleurir les champs de lotus.

One comment

  • […] Pour en revenir à cette vielle femme, il est parfois écrit qu’elle fut Nigouma, une grande réalisée qui fut l’une des principaux maîtres de Kyoungpo Neljor, initiateur de la lignée Shangpa. Dans d’autres versions, il est dit que Nigouma était la sœur de Naropa. Les historiens mettent du temps à se mettre d’accord, et mettent plus de temps encore à trouver la vérité ! Quoi qu’il en soit, le plus important est le message que ces histoires veulent nous transmettre. (C’est au cœur de la lignée Shangpa que j’ai réalisé mes 5 longues années de retraites cloitrées.) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre anti-spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.


Go to Top